courrier des lecteurs

Médias muselés ou bornés?

12 févr. 2009

Le Conseil d'Etat genevois interdit une manifestation anti-WEF, parce que les organisateurs ne peuvent assurer de maîtriser eux-mêmes la situation. La sécurité du WEF à l'autre bout de la Suisse est assurée par 4500 soldats, des milliers de policiers de toute la Suisse, des F/A-18 qui font la navette entre Sion et Davos, tout ceci aux frais du contribuable. Deux jours avant le WEF, à Berne, environ 700 policiers sont urgemment convoqués pour éviter au premier ministre chinois d'entrevoir 30 Tibétains, portant la bannière de leur peuple, venus protester contre l'occupation de leur pays. Feu d'artifice matinal: le 29 janvier à 7 h 30 la police débarque dans un kiosque de Davos pour exiger de la patronne qu'elle ôte de sa vitrine un drapeau tibétain que ce même ministre ne saurait voir. Diffusion instantanée de ce coup d'éclat dans les rédactions, communiqués de presse dans la majorité des journaux internationaux, commentaires sarcastiques par centaines sur l'internet. Officiellement, on annonce une commission d'enquête pour étudier l'affaire (ou noyer le poisson). Dans les médias suisses: quelques entrefilets, deux ou trois brefs communiqués à la radio, à ma connaissance aucun débat ou analyse sérieux sur la gravité de la situation... et son ridicule. Journalistes, jusqu'à quand allez-vous continuer à ronronner en vous penchant sur des faits divers insignifiants? Ne voyez-vous pas qu'autour de Davos se joue la perpétuation de l'asservissement des valeurs et de la dignité humaine à la finance purement spéculative et destructrice? Et que la bannière et votre raison d'être, que sont les libertés de penser, d'attester et d'exposer, sont en train d'être bafouées? Ne voyez-vous pas qu'il s'agit de l'histoire de votre et de notre liberté citoyenne? Pierre-Pie Bonvin, Montana
par Pierre-Pie Bonvin, Montana