courrier des lecteurs

Le bruit des éoliennes reconnu par la justice et des centres médicaux spécialisés

24 janv. 2014

Tout le monde connaît le temps qu'il faut à un simple citoyen pour faire valider ses plaintes face aux nuisances induites par l'industrie toute puissante. La Suisse manque d'expérience par rapport à celles des parcs d'éoliennes industrielles. Ceci n'autorise pas le déni de la part des porteurs de projets éoliens comme je le constate actuellement dans le Valais (et il en est partout ainsi). Les politiciens devraient mieux s'informer sur ce sujet, puisque des condamnations sont prononcées par les tribunaux à travers le monde pour atteintes à la santé des riverains exposés aux nuisances sonores de ces machines, expertises médicales à l'appui. L'honnêteté voudrait que ces cas soient portés à la connaissance du public avant qu'il ne se prononce sur l'installation de ces parcs. Au lieu de cela, tout est fait pour dénigrer ceux qui tentent d'alerter. Les promoteurs comptent bien pouvoir se cacher derrière des lois suisses inadaptées à cette nouvelle technologie lorsque les problèmes arriveront. Je suis riveraine d'éolienne, je n'alerte pas pour le plaisir, j'alerte parce que tout ce que j'entends chez vous, je l'ai cru ici il y a quatre ans. Même déni, mêmes discours, dure réalité. Personne ne m'avait averti, moi je le fais depuis lors. Les vendeurs d'éoliennes ont une excuse puisqu'ils font leur travail. Mais les présidents de commune, quels intérêts défendent-ils en refusant de divulguer les plaintes et les jugements qui secouent la théorie du silence des éoliennes?
par Pascale Hoffmeyer, Saint-Brais (JU)