courrier des lecteurs

Cher Uli Meeeeurer!

13 janv. 2011

Monsieur le Conseiller fédéral, J'ai eu le plaisir, avec ma fille, née le 7 février 1971, d'être invitée au Rathaus de Berne pour fêter les quarante ans du droit de vote des femmes. Réception magnifique, accueil sympathique... mais un petit bémol. Nous aurions souhaité la participation de plus nombreux membres du gouvernement. Mais à lire vos dernière déclarations dans la presse, je peux comprendre votre absence. Je cite: "Les femmes n'aiment pas les armes à feu parce qu'elles ne savent pas s'en servir." Alors là, chapeau! Comme remarque bête et méchante, on ne fait guère mieux. Je vous cite encore, concernant les femmes qui travaillent: "C'est la vache qui s'occupe du veau et pas le taureau." Bravo! Comme comparaison fine et intelligente, il est difficile de trouver pire. Donc, à vous lire, vous vous considérez au sein de votre famille, uniquement comme géniteur! Votre conception de la famille n'est pas trop éloignée de celle des talibans que vous semblez vouloir combattre. Vous qui prétendez vous occuper du bien du peuple suisse, ne vous êtes-vous jamais posé la question: "Pourquoi tant de femmes doivent-elles travailler?" Vous me semblez avoir en politique la finesse du taureau qui vous serre de référence et, puisque vous aimez les comparaisons animales, j'en ai un autre à votre service.
par Maryvonne Ingignoli, Monthey