12.09.2018À propos de l’article «Combat d’une féministe au cœur de l’islam», NF du 10.9.2018

Je suis bien sûr favorable au dialogue interreligieux, tel que l’Église catholique le recommande. Je me réjouis du combat mené par la féministe musulmane Asma Lamrabet contre les traditions patriarcales au sein de l’islam, au nom du Coran. Je me suis juste étonné de son affirmation globale sur la misogynie de toutes les traditions monothéistes, donc y compris le christianisme.

Je ne crois pas que l’on puisse affirmer comme elle le fait que la majorité des prêtres (catholiques) ont toujours eu une interprétation patriarcale des textes religieux. Certes, l’on peut discuter de l’accès des femmes à la prêtrise. Mais je ne pense pas qu’il soit conforme à la réalité de taxer le christianisme de «misogyne». La femme et l’homme sont profondément égaux selon l’Église catholique, notamment dans le mariage monogame. Et le pape François ne cesse de plaider en faveur d’une place importante pour les femmes dans les postes de décision au sein de la société et de l’Église.

Abbé François-Xavier Amherdt
Professeur de théologie à l’Université de Fribourg

Top