18.11.2018A Monthey, l’avenir des commerçants passe par le bain culturel

Monthey vient a vécu un week-end exceptionnel au rythme du festival Hik et Nunk. Musiciens, chanteurs, comédiens, danseurs, écrivains et artistes de cirque ont investi les magasins et les rues du centre-ville avec leurs créations. Tous ont des origines ou de solides attaches dans le Chablais.

De la musique klezmer résonnait à la mercerie, du jazz a fait swinguer la clientèle du photographe, un salon de coiffure s’est transformé en salle de concert intimiste, la librairie ressemblait à un plateau de théâtre, une école privée est devenue piste de danse, même les vitrines abandonnées d’un ancien magasin de sport ont pris des airs de chapiteau de cirque.

Le public a répondu présent, certainement séduit de pouvoir (re)découvrir les talents locaux et l’accueil chaleureux des commerçants de la ville. Un succès entièrement mérité, qui fait rêver.

Et si la promotion économique de Monthey s’inspirait de cette réussite? Il serait peut-être temps que l’économie et la culture montheysanne travaillent main dans la main? En additionnant leurs forces, ces deux services communaux pourraient mettre en valeur, ensemble et de façon durable, le potentiel artistique et commerçant de la ville.

Loin du bruit incessant du trafic, loin des centres commerciaux anonymes et moribonds, à l’opposé de la philosophie des plateformes de vente en ligne, Monthey pourrait favoriser à moyen terme le développement de petits commerces «chaleureux, éthiques et inventifs». Des magasins qui se transformeraient régulièrement en scènes artistiques locales de qualité.

La renommée (justifiée) du carnaval de Monthey n’est plus à faire. Pourquoi ne pas aussi essayer de «vendre» aux Romands l’image d’une ville méconnue où culture et commerce tissent des liens inédits? L’image d’une ancienne cité industrielle valaisanne en mutation qui inviterait régulièrement le public et les clients à découvrir des artistes de qualité en consommant… local!

Top