courrier des lecteurs

3e correction du Rhône: Des exigences irréalistes

21 mars 2008

Le WWF demande que le projet de troisième correction du Rhône traite les aspects environnementaux sur un pied d'égalité avec les aspects sécuritaires. Si l'immense majorité des jeunes Valaisannes et des jeunes Valaisans, à l'image des JDC, sont sensibles à la préservation de notre nature et de notre paysage, il s'agit de garder la tête froide et de ne pas se laisser guider par nos émotions. Nous aimons tous nous balader dans une nature préservée mais nous aimons encore mieux savoir que notre maison ne risque pas d'être emportée ou du moins endommagée par une crue. Et ne parlons pas des hectares perdus pour notre agriculture, gagne-pain de nombre de nos concitoyens. Placer la sécurité de l'être humain (et même celle de ses biens) sur un pied d'égalité avec les aspects environnementaux revient à mettre l'être humain sur un pied d'égalité avec le reste de la nature. Dès lors plus rien ne s'opposera à rendre nos villes et nos villages à cette nature et à remettre les hommes et les femmes dans leurs cavernes. Le bon sens des habitants de notre canton et les valeurs démocratiques et chrétiennes que nous partageons tous, bon gré mal gré, dans le Vieux-Pays nous permettent de garder le sens de la réalité et de répéter encore une fois que l'être humain reste et devra toujours rester au centre. Par conséquent, avec tout le respect et tout l'amour que l'on peut porter à notre environnement et dans l'idée d'une écologie indispensable mais pragmatique, l'être humain passera toujours avant, bien avant...
par Yannick Buttet, Collombey-Muraz