Coronavirus: le Triathlon Club Valais organise des entraînements virtuels

Les membres du Triathlon Club Valais courent individuellement, nagent en simulant et, surtout, pédalent – presque – pour de vrai grâce à une application qui reproduit certains parcours.

13 avr. 2020, 19:00
Les membres pédalent sur leur home-trainer au rythme de l'application Rouvry.

Le Triathlon Club Valais n’a pas été pris au dépourvu bien longtemps par les mesures limitant les entraînements collectifs. Quelques jours plus tard, à peine, il trouvait la parade afin de conserver une vraie activité et l’esprit d’équipe au sein de ses membres. «Nous avons mis en place des séances virtuelles, tous les jours», explique Vincent Rochat, membre du comité du Triathlon Club Valais. «Il y avait deux objectifs à cette organisation. D’abord, il s’agit de rester en condition et de ne pas tout perdre avant de pouvoir retrouver les vrais entraînements en groupe, à l’extérieur. Ensuite, il ne fallait pas que nos membres se sentent abandonnés à leur sort. Après trois semaines à ce rythme, en exploitant au mieux les technologies modernes, l’expérience est bénéfique.»

Sur nos home-trainers, le ressenti du terrain et de la pente est impressionnant.
Vincent Rochat, membre du comité du Triathlon Club Valais

La course à pied se pratique trois fois par semaine – mercredi, vendredi et dimanche –, de façon bien évidemment individuelle. «Chacun s’organise de son côté et court à son rythme.»

Le vélo, lui, s’appuie sur la plateforme Rouvry – virtual bike – qui reproduit des parcours existants, en Valais, en Suisse et à l’étranger. Quatre fois par semaine – lundi, mardi, jeudi et samedi –, les athlètes grimpent sur leur home-trainer, s’installent devant leur écran d’ordinateur et lancent l’application. «C’est bluffant de réalisme», apprécie Vincent Rochat. «Les vidéos sont extrêmement bien faites. On a vraiment l’impression d’être sur la route, en pleine nature, avec des voitures qui nous dépassent, d’autres cyclistes un peu plus à la peine. Les sorties sont variées, plus ou moins longues, plus ou moins corsées. On peut aussi se comparer les uns les autres. D’ailleurs, il nous arrive d’organiser des courses afin de mettre un peu de piment. Certains home-trainers sont tellement performants qu’ils reproduisent la difficulté du terrain et de la pente. Le ressenti est impressionnant.»

Des exercices spécifiques pour la natation

Enfin, les séances de natation sont un peu moins concrètes. «Elles se limitent à des mouvements propres à cette discipline, mais à sec. C’est de la pure simulation. Mais il est aussi possible d’installer une petite piscine pour enfants à la maison et, tout en restant attaché, de pratiquer les gestes spécifiques en restant sur place.»

Les membres du Triathlon Club Valais ne repartiront donc pas de zéro lorsque les entraînements pourront reprendre. Reste à savoir quand ces efforts pourront être évalués en compétition. «Jusqu’en août, tout a été annulé. Après, ce n’est pas exclu mais ça reste très hypothétique. Au moins, nous serons prêts quand la saison reprendra.»

A lire aussi: Coronavirus: on ne tire plus à la Liennoise

L’INFO SOLIDAIRE

Dans la situation sanitaire hors norme que nous vivons, la rédaction du «Nouvelliste» se mobilise afin d’accompagner ses lecteurs avec une information précise et fiable. Notre journalisme, professionnel et indépendant, ne bénéficie d’aucune subvention. Nous avons cependant choisi d’ouvrir en libre accès une grande partie de nos contenus touchant aux aspects essentiels et vitaux de cette crise.
Plus que jamais en cette période inédite, l’information a une valeur. Pour nous. Pour vous. Soyons solidaires autour d’elle. http://abo.lenouvelliste.ch