Coronavirus: le Conseil fédéral ne veut pas d'une fermeture obligatoire des chantiers

Il n’y aura pas de fermetures généralisées des chantiers en Valais. Le Conseil fédéral l’a décidé ce vendredi.

20 mars 2020, 16:49
En Valais, les ouvriers continueront de travailler.

En Valais, les chantiers resteront en activité. Des contrôles plus stricts vont toutefois être menés par des inspecteurs du travail et de la SUVA pour vérifier que les mesures sanitaires et sociales soient respectées. «Il n’est pas question d’interdire aux gens de travailler si les entreprises arrivent à respecter ces normes», a déclaré Guy Parmelin, ministre de l’économie. Il appartiendra aux cantons de décider ou non de la fermeture d’un site.

«Si tous les chantiers où l’on a des soupçons d’irrégularités sont contrôlés, la situation va peut-être s’améliorer. Mais j’ai encore beaucoup de doutes», souligne Jeanny Morard, secrétaire régional Unia Valais. «Nous continuerons de mettre la pression pour s’assurer que ces normes soient respectées. Si ce n’est pas le cas, nous exigerons la fermeture des chantiers.»

Plus simple de fermer

Pour Alain Métrailler, président de l’Association valaisanne des entrepreneurs (AVE), une cessation des activités aurait été plus «confortable» pour les patrons. «C’est plus facile de devoir fermer les chantiers et renvoyer tout le monde à la maison, mais nous faisons confiance au gouvernement. Nous prenons donc note de la décision et nous l’appliquerons.»

Patron de l’entreprise de construction Polli & Cie SA qui emploie 80 personnes, Patrick Polli estime pour sa part qu’il n’est pas «extraordinairement difficile de mettre en place des mesures». Selon lui, c’est la fin de journée qui pose problème. Il précise: «Une fois le travail terminé, les ouvriers peuvent se retrouver pour boire un verre. A mon sens, il aurait fallu prendre des mesures plus drastiques et déclarer le confinement.» Le Martignerain a d’ores et déjà fermé certains de ses chantiers.

L’INFO SOLIDAIRE
Dans la situation sanitaire hors norme que nous vivons, la rédaction du «Nouvelliste» se mobilise afin d’accompagner ses lecteurs avec une information précise et fiable. Notre journalisme, professionnel et indépendant, ne bénéficie d’aucune subvention. Nous avons cependant choisi d’ouvrir en libre accès une grande partie de nos contenus touchant aux aspects essentiels et vitaux de cette crise.
Plus que jamais en cette période inédite, l’information a une valeur. Pour nous. Pour vous. Soyons solidaires autour d’elle. http://abo.lenouvelliste.ch