Réservé aux abonnés

Pour Emmanuel Reynard, lors d’importantes crues torrentielles, «il y a un manque de connaissance du risque»

Le géographe Emmanuel Reynard est directeur du Centre interdisciplinaire de recherche sur la montagne de l’Université de Lausanne. Après le tragique épisode de lave torrentielle à Chamoson, il revient sur la multiplication des phénomènes météorologiques intenses et dresse un bilan des enseignements du passé.
15 août 2019, 09:00
Emmanuel Reynard est directeur du Centre interdisciplinaire de recherche sur la montagne de l’Université de Lausanne.

Pourquoi Chamoson a-t-elle connu deux épisodes de laves torrentielles en un an?

Il est impossible d’expliquer l’intervalle d’une année. Un élément de réponse, c’est que Chamoson est dans une configuration qui favorise les laves torrentielles avec la présence d’une géologie de roches friables en grand volume. Il faut également prendre en compte les parois du Haut de Cry qui jouent en partie le rôle d’obstacle dans des déplacements orageux.


Une situation particulière qui impliq...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois