30.08.2017, 06:45

Sion: Powdair va étendre son offre et proposer des vols réguliers vers London City et Zurich

chargement
Zoe Ombler, directrice commerciale de Powdair, annonce plusieurs nouveaux vols au départ de la capitale.

 30.08.2017, 06:45 Sion: Powdair va étendre son offre et proposer des vols réguliers vers London City et Zurich

Aviation Powdair passe la deuxième vitesse. En plus des destinations hivernales, la compagnie prévoit trois vols par jours durant toute l’année vers London City, Zurich et Antwerp en Belgique.

Zoe Ombler est une femme pressée. La responsable commerciale de la compagnie aérienne powdair multiplie les déplacements entre Londres, Sion et les stations de la région. «A massive job». C’est par ces quelques mots qui se passent de traduction que la manager décrit son emploi du temps actuel. Sa mission: rallier les partenaires touristiques du canton et ainsi remplir au maximum les avions. Un projet qui semble fonctionner puisque la compagnie qui démarrera son activité le 14 décembre prochain se sent pousser des ailes…

Zoe Ombler, vous avez ouvert les réservations il y a quelques mois, êtes-vous satisfaits du résultat?
Nous sommes très contents. Pour la période des vacances anglaises de février, certains vols sont déjà entièrement vendus et nous prévoyons donc des vols supplémentaires.

Toutes les destinations ne rencontrent pas le même succès?
Nous avons abandonné Hambourg et Edimbourg car il n’y avait quasiment pas de réservations et Edinbourg a été mis en stand by pour l’instant. Toutes les autres destinations marchent très bien.

Comment ces vols seront assurés?
Nous allons louer quatre avions et un cinquième sera disponible pour les grandes affluences. Ces avions pourront embarquer cinquante passagers. Il y aura deux Bombardier CRJ 200 et 2 Saab 2000. Les Bombardier seront loués à BackBone aviation au Danemark et les Saab à Adria Switzerland, une nouvelle société qui a récemment repris Darwin qui opère sous le nom d’Ethiad Regional.

Pourquoi avoir choisi des avions de cinquante passagers?
Parce qu’ils sont plus faciles à remplir et donc c’est idéal pour une compagnie qui se lance. Nous voulons aussi offrir une expérience «jet champagne» à nos clients. Nous ne voulons pas qu’ils attendent dans des files, nous ne voulons pas qu’ils soient des numéros. Notre ambition est de créer une communauté d’utilisateurs. Des avions de plus petite taille facilitent également l’approche sur l’aéroport de Sion.

L’agrandissement de la flotte (ndlr, à l’origine seuls deux avions étaient prévus) vous ouvre de nouveaux horizons?
Oui. Dès le 14 décembre, en plus des destinations déjà évoquées, nous allons effectuer des vols réguliers de Sion vers Zurich, London City et Antwerp. Ces vols auront lieu presque tous les jours et toute l’année. La fréquence sera de deux vols pour Londres et trois vers Zurich.

D’autres surprises sont prévues?
Notre but est de faire venir des touristes en Valais mais aussi d’envoyer des Valaisans faire du tourisme à l’extérieur. Des réflexions sont en cours pour des destinations estivales: Nice, Gênes, Olbia, la Corse, Palma. Pour l’hiver, l’année suivante, nous prévoyons une destination en Scandinavie. 

Concrètement, comment les choses s’organiseront à Sion?
Les avions seront stationnés chez Alpark. C’est important pour nous de débuter les vols depuis Sion. Les équipages et les pilotes seront aussi basés à Sion. Pour le handling, nous devons encore affiner les détails.

Tous les voyants sont donc au vert?
Il reste un énorme travail mais oui les choses se passent bien. Nous nous sommes notamment rendu compte que les touristes avaient l’habitude de venir plusieurs fois skier dans la saison. Nous avons donc proposé des packs de vols avec des prix dégriffés. 30% de ces produits ont d’ores et déjà été vendus alors que nous n’avons pas fait de promotion spéciale.

Certains observateurs disent que vous aviez un projet similaire à Chambéry et qu’il a capoté. Que leur répondez-vous?
Chambéry est en réflexion pour l’année prochaine. Concernant nos projets sur Sion, tous les contrats sont signés (ndlr, l’aéroport nous a confirmé que les contrats de location des avions et ceux avec les destinations étaient en ordre).

Revenons au côté touristique, comment se passent les collaborations avec les destinations que vous souhaitez vraiment inclure au projet?
Extrêmement bien. Je multiplie les allers retours avec les différents partenaires. Nous voulons vraiment associer tout le monde, du chauffeur de taxi à l’hôtel de luxe. Nous sommes en discussion avec les grandes stations et un projet sera présenté la semaine prochaine. En plus de destinations connues, d’autres partenaires plus petits nous intéressent énormément. J’ai été visiter le Maya Boutique Hôtel et je suis tombée sous le charme. Notre volonté est aussi de faciliter au maximum les séjours des touristes anglais avec des packages tout organisés. 

On a l’impression que vos ambitions sont nombreuses…
Oui! Nous poursuivons plusieurs buts. Nous voulons que les touristes qui se posaient à Genève optent désormais pour Sion. Nous souhaitons faciliter le départ de ces touristes en multipliant les destinations. Nous voulons augmenter le marché, faire venir des touristiques qui préféraient d’autres destinations hivernales et aussi attirer des gens l’été. En d’autres mots, nous voulons devenir la compagnie aérienne de tout le canton. 


À lire aussi...

AviationAéroport de Sion: Swiss étend son offre vers Londres, Powdair ouvre les réservationsAéroport de Sion: Swiss étend son offre vers Londres, Powdair ouvre les réservations

AviationPowdair desservira huit destinations cet hiver à partir de l'aéroport de SionPowdair desservira huit destinations cet hiver à partir de l'aéroport de Sion

clin d'oeilLa compagnie Powdair flatte l'aéroport de SionLa compagnie Powdair flatte l'aéroport de Sion

Top