23.07.2018, 18:35

Il n’y a pas que les moutons qui souffrent du loup

Premium
chargement
Edith Wirz surveille des moutons chaque été depuis vingt-et-un ans.

faune Deux nouvelles attaques ont eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi sur l’alpage de la Lé, au-dessus de Zinal. Rencontre avec la bergère de l’alpage, qui décrit son ressenti après avoir déjà perdu cinq moutons la semaine passée.

«Le paradis se transforme en enfer.» C’est le message d’Edith Wirz ce lundi matin, à la suite de la découverte de deux nouveaux moutons morts sur l’alpage de la Lé, au-dessus de Zinal. Ces victimes viennent s’ajouter aux cinq carcasses découvertes la semaine passée. Depuis vingt-et-un ans, Edith passe trois mois par année sur le site à veiller sur les moutons jour et...

À lire aussi...

LIONEL FAVRE«Si tu pars à la recherche du loup, tu ne le verras jamais…»«Si tu pars à la recherche du loup, tu ne le verras jamais…»

Top