02.06.2018, 18:29

Granges: Happyland, une aventure qui donne le sourire aux enfants depuis trois décennies

chargement
Fin 2016, Otto Matter (à gauche), le fondateur du parc Happyland, a passé la main à la famille Carron, de Fully. Il est ici en compagnie de Florian (2ème depuis la gauche), Thomassine et Justin.

Loisirs Happyland souffle ses 30 bougies cette année. Fondé par le Sierrois Otto Matter, le parc d’attractions de Granges repose depuis fin 2016 sur les épaules de la famille Carron. Retour sur une aventure qui fait le bonheur des enfants depuis trois décennies.

Lorsqu’on franchit le portillon d’entrée du parc Happyland, moult souvenirs d’enfance rejaillissent. Le ronflement des montagnes russes sur la droite, les bateaux tamponneurs à gauche, le simulateur 4D droit devant, l’odeur des frites qui chatouille les papilles… Voilà trois décennies que le parc d’attractions de Granges fait le bonheur des bambins du Valais et d’ailleurs.

Un anniversaire qui a été célébré samedi, et que ne pouvait pas manquer Otto Matter, fondateur historique de Happyland. «Lorsque j’ai ouvert ce parc avec mon épouse en 1988, nous ne disposions que de cinq voitures, d’autant de bateaux, et d’un petit train», se remémore le Sierrois de 70 ans.

 

Le train orange du Happyland a été installé en 1989. Il a été démonté depuis. ©DR

 

Reste qu’en cette fin des années 80, le Happyland rencontre un succès aussi immédiat qu’impressionnant. Durant les premiers mois qui suivent son ouverture, il attire déjà des centaines de familles. Unique en Valais et situé au centre du territoire cantonal, il faut dire que le parc a de quoi séduire.

Le plus grand parc du genre en Suisse romande

Alors pour faire face à cet afflux, les Matter engagent rapidement du personnel. Puis en 1989, ils investissent dans de nouvelles attractions: bateaux volants, piste d’équitation, toboggan géant et minigolf. La surface du parc passe du simple au double, atteignant les 26 000 mètres carrés qu’on lui connaît actuellement. De quoi en faire – encore à ce jour – le plus grand parc du genre en Suisse romande. «Nous avions conclu un droit de superficie distinct et permanent de trente ans avec la bourgeoisie de Sierre. Ce même contrat a récemment été reconduit pour les trente années à venir», explique Otto Matter. 

Fin 2016, et après vingt-huit ans vécus à la barre de «son» Happyland, Otto Matter décide de passer la main. Parmi les quatre acheteurs potentiels, il jette son dévolu sur la famille Carron de Fully.

Depuis, Thomassine, Justin et Florian sont chargés de gérer les infrastructures du parc, tandis que leurs parents pilotent l’administration. «Notre famille a fondé le Labyrinthe aventure d’Evionnaz il y a bientôt vingt ans. Grâce à leur expérience, nos parents peuvent nous conseiller, mais aussi freiner nos ardeurs lorsque l’envie de développer le parc devient trop grande», lâche Florian Carron, 21 ans.   

25 000 à 30 000 visiteurs par an

Lors de son arrivée au Happyland, la famille Carron a reconduit les contrats de tous les employés engagés sous l’ère Matter. Elle a également acquis la totalité des attractions. Niveau affluence, Florian Carron explique enregistrer entre 25 000 et 30 000 visiteurs par an.

Ces chiffres pourraient gonfler à la fin de cette saison, puisque Happyland a déjà constaté une hausse de 25% de sa fréquentation par rapport à l’année dernière. «Nous accueillons des Fribourgeois, des Vaudois et des Genevois, auxquels s’ajoutent de nombreux Français de Haute-Savoie. Moins du tiers de notre clientèle est valaisanne.»

Evoquant les projets futurs du Happyland, Florian Carron explique que la buvette et l’entrée du parc seront entièrement remises à neuf d’ici à la fin de l’année. De nouvelles attractions pourraient également voir le jour, à l’image du minisafari qui a été inauguré samedi. «Nous avons à cœur de faire vivre ce parc encore durant trente ans. Si ce n’est plus.» 
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

TechnologiesCrans-Montana: la start-up Rayshaper ambitionne de révolutionner l’imagerie numériqueCrans-Montana: la start-up Rayshaper ambitionne de révolutionner l’imagerie numérique

IntempériesAnniviers: pas de gros dégâts après les chutes de grêleAnniviers: pas de gros dégâts après les chutes de grêle

CultureSaint-Pierre-de-Clages: 20 bouquinistes proposeront des milliers d’ouvragesSaint-Pierre-de-Clages: 20 bouquinistes proposeront des milliers d’ouvrages

ARTConthey: une reine d’acier au PointetConthey: une reine d’acier au Pointet

Conthey: une reine d’acier au Pointet

La vache d’Hérens a inspiré un jeune sculpteur français. Matt Woods lui a dédié un buste visible à l’alpage de Pointet.

  17.09.2020 11:00
Premium

ConcertFrançois Vé pose son vélo au Théâtre InterfaceFrançois Vé pose son vélo au Théâtre Interface

Top