07.01.2018, 12:22

Glissement de terrain à Savièse: les propriétaires de la villa témoignent

Abonnés
chargement
La terrasse de la villa semble comme suspendue dans le vide. Tout le monde avait assuré au couple propriétaire depuis avril que rien ne se passerait.

 07.01.2018, 12:22 Glissement de terrain à Savièse: les propriétaires de la villa témoignent

Intempéries La tristesse est encore bien présente. Les conjoints propriétaires d'une villa témoignent trois jours après le glissement de terrain survenu sous leur terrasse.

La tristesse et le désarroi sont encore perceptibles. Le jeune couple habitant la villa sous laquelle le glissement de terrain de Drône s’est déclenché le 4 janvier n’en revient toujours pas. «C’est le projet d’une vie qui s’est écroulé en quelques secondes», clame la jeune femme de 25 ans, tout en ne pouvant retenir ses larmes. Avec son conjoint,...

La tristesse et le désarroi sont encore perceptibles. Le jeune couple habitant la villa sous laquelle le glissement de terrain de Drône s’est déclenché le 4 janvier n’en revient toujours pas. «C’est le projet d’une vie qui s’est écroulé en quelques secondes», clame la jeune femme de 25 ans, tout en ne pouvant retenir ses larmes. Avec son conjoint, ils ont acheté cette maison et emménagé à Savièse au mois d’avril dernier. Ils ont choisi de témoigner anonymement 72 heures plus tard pour préciser certains faits. «On ne cherche pas de nouveau logement pour le moment, on habite chez la maman de mon concubin. Et nous n’avons pas fui nos responsabilités. Vendredi, nous étions là avec les ingénieurs et la commune, contrairement à ce que certaines personnes ont pu croire.»

>> A lire aussi: «Aujourd’hui, en Valais, on cherche trop à construire en montagne comme on le fait en plaine»

«Des gens ont profité de notre jeune âge»

Alors que la jeune femme se trouvait sur son lieu de travail, son conjoint a été réveillé par un voisin jeudi matin. «Il m’a prévenu que le terrain bougeait beaucoup. Au final, c’est moi qui ai appelé les pompiers, puis on a évacué. Je n’étais plus sur place quand ça s’est passé», relate l’homme de 28 ans. Sans blâmer les services de protection de la population, le couple regrette d’avoir appris la tragédie par la vidéo visionnée par des milliers de Valaisans.

>> A lire aussi: Vidéo: un glissement de terrain sur un immeuble à Savièse

Le choc est alors immense. Cet impressionnant talus sous leur habitation les avait pourtant déjà préoccupés. «Nous avions posé des questions sur la pente et sur l’espace qui existait déjà entre la terrasse et le terrain. On nous a dit que c’était un tassement, mais que rien ne bougeait.» Depuis jeudi, ce n’est plus vrai. Le couple est énervé, mais il estime la responsabilité partagée. «Tout le monde nous avait affirmé qu’il ne se passerait rien. Je crois que des gens ont profité de notre jeune âge», remarque la jeune dame. 

 

La vue depuis la terrasse des propriétaires fait froid dans le dos. Heureusement que tous les habitants avaient été évacués avant le glissement. © Le Nouvelliste

 

Sentiment de culpabilité

Lorsqu’il regarde les dégâts, le couple a de la peine à se projeter dans cette maison. Mais il ne sait pas encore ce qu’il décidera. «Il faut des travaux de consolidation et on verra ensuite si on en a envie.» Pour l’heure, ils doivent déjà faire face à certains effets psychologiques inévitables dans ce genre de situation dramatique. «Je sais que nous n’y pouvons rien, mais il y a un sentiment de culpabilité par rapport à l’immeuble touché et ses habitants qui n’auront plus de logements pendant plusieurs mois», explique encore la propriétaire de la villa. Des voisins du dessous qui n’en voulaient pas du tout au couple, mais plutôt au promoteur de leur immeuble.

>> Lire à ce sujet notre article: Glissement de terrain à Savièse: plusieurs mois avant que les habitants ne puissent rentrer chez eux

«On ne lâchera rien» 

Aujourd’hui, les deux jeunes gens savent que les démarches avec les assurances - et éventuellement la justice -  s’annoncent longues. Bien soutenus par leur entourage, ils iront jusqu’au bout. «On ne lâchera rien, même si cela doit durer dix ans. Il faut désormais que ceux qui ont abusé de notre manque d’expérience prennent leurs responsabilités.»
 


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top