06.02.2019, 21:25

Radovan Vitek étend son emprise sur Crans-Montana

chargement
Radovan Vitek met la main sur près d'un quart du marché de gestion et de gérance immobilière du Haut-Plateau.

Tourisme Le milliardaire tchèque achète une importante régie immobilière de Crans-Montana et contrôlera bientôt 22% du marché de gestion et de gérance. Cette opération concrétise sa volonté de faire une station «intégrée».

CMA Immobilier devient le leader de la gestion d’immeubles du Haut-Plateau. Ironie de l’histoire, cette société a longtemps agité la station. Elle avait été vendue pour un montant surévalué en 2016, puis rachetée par Radovan Vitek en fin d’année dernière.

Nous ne faisons pas ça par vocation philosophique.
Philippe Magistretti, Président du conseil d’administration de CMA

La société vient d’acquérir la Régie du Rhône à Investis, un important groupe immobilier de l’arc lémanique dirigé par Stéphane Bonvin, originaire du Haut-Plateau. Par cette transaction dont le montant n’a pas été communiqué, CMA Immobilier aura 180 copropriétés, plus de mille appartements, en gérance; 346 de ces biens seront loués avec des services hôteliers à forte valeur ajoutée. Radovan Vitek concrétise ainsi sa vision d’une station qui intègre toute la chaîne touristique. A Crans-Montana, le client pourra se parquer, s’équiper, skier, manger et se loger sous le logo CMA.

«Nous ne pouvons pas tout contrôler»

«Nous ne faisons pas ça par vocation philosophique, c’est une façon de remplir la station et d’avoir une clientèle qui dépense.» Président du conseil d’administration de CMA, de CMA Immobilier et, dès la fin du mois, de CMA Hospitality, Philippe Magistretti rappelle que cette acquisition fait partie du plan directeur de Radovan Vitek. Le milliardaire projette un hôtel à 350 lits depuis plusieurs années. De façon générale il entend doper la fréquentation durant les périodes creuses, et ce produit tout en un lui donne la flexibilité pour le faire.

Avec cette nouvelle force de frappe, Radovan Vitek pourrait ne laisser que des miettes à ses concurrents du Haut-Plateau. Certains magasins de sports souffrent déjà. «Crans-Montana est trop grand, nous ne pouvons pas tout contrôler. Ce serait ingérable», rassure Philippe Magistretti.


À lire aussi...

Radovan Vitek rachète les biens de la discordeRadovan Vitek rachète les biens de la discorde

Remontées mécaniquesCrans-Montana menace de quitter le Magic PassCrans-Montana menace de quitter le Magic Pass

Top