22.07.2019, 17:39

Crans-Montana et l’EPFL en troisième position pour révolutionner les transports

chargement
Le Haut-Plateau a visé juste en pariant sur l'EPFL.

En Californie, l’EPFL termine troisième du concours Hyperloop du milliardaire Elon Musk. L’association des communes de Crans-Montana est un partenaire important de l’équipe.

Les Suisses ont fait très fort. Avec des vitesses de 259 km/h et 238 km/h, l’ETH de Zurich et l’EPFL terminent deuxième et troisième de la Space X Hyperloop Compétition. Sponsorisé par les communes du Haut-Plateau, l’engin de l’EPFL s’appelle «Bella Lui», du nom de la montagne qui domine la station.

Record et engin explosés

Le projet du milliardaire Elon Musk vise à révolutionner les transports grâce à des capsules fonçant dans un tube sous vide. 21 équipes d’étudiants ont travaillé en secret pour développer un engin capable d’atteindre à terme les 1000 km/h. La victoire est revenue aux Allemands de l’Université technique de Munich. Leur capsule a largement devancé la concurrence avec une vitesse de 463 km/h, mais elle a terminé la course en morceaux, de quoi nourrir une certaine frustration chez les Suisses.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

BilanNendaz: un an après son ouverture, la Maison de la Santé convaincNendaz: un an après son ouverture, la Maison de la Santé convainc

TélévisionDeux Valaisans s’invitent sur TF1 pour faire rayonner leur maison d’hôteDeux Valaisans s’invitent sur TF1 pour faire rayonner leur maison d’hôte

Apprendre autrementQuelle langue parlez-vous ce soir? Immersion au SprachenBar à SionQuelle langue parlez-vous ce soir? Immersion au SprachenBar à Sion

SensationProf de snowboard à Nendaz, il épate les juges de «The Voice»Prof de snowboard à Nendaz, il épate les juges de «The Voice»

DanseSoukeyna Boro Lamon, un «oiseau paradis» à LensSoukeyna Boro Lamon, un «oiseau paradis» à Lens

Top