07.08.2015, 14:57

Chew Hua Seng, investisseur singapourien, explique sa vision de Nendaz

chargement
Chew Hua Seng, PDG de Raffles Education Corporation, a déjà investi près de 30 millions de francs à Nendaz. Il ne compte pas s'arrêter là.
Par S. J.

Exclusif Dans une interview exclusive accordée au Nouvelliste, Chew Hua Seng, l'investisseur singapourien de l'hôtel Nendaz 4 Vallées, explique ses choix, ses idées et sa vision pour le futur de la station. Il aborde également la future école internationale qu'il va créer.

Monsieur Chew, à Nendaz, on parle souvent de vous depuis votre achat, l'automne dernier, de l'hôtel Nendaz4 Vallées. Comment un riche Singapourien atterrit dans ce coin de pays?

J'y suis venu la première fois il y a quatre ans pour voir le développement du complexe Mer de Glace, après avoir payé un acompte pour un appartement sans savoir où était Nendaz en Suisse! J'aime allier les affaires au plaisir et je cherche souvent des possibilités dans les régions que je visite. Ici, j'ai trouvé un bon filon.

Vous avez acquis cet hôtel de luxe pour près de 30 millions de francs. L'hôtellerie de montagne est bien connue pour ses problèmes de rentabilité en raison des saisons creuses...

Ma solution réside dans la venue de ces étudiants internationaux qui intégreront ma future école internationale. L'objectif est d'avoir 300 étudiants sur le site en permanence. Sans oublier les professeurs. Toutes ces personnes vont activement participer à la vie de la station et consommer. Mais il faut aussi vendre les beautés du lieu durant les quatre saisons. Savoir le promouvoir sera le rôle des acteurs touristiques, mais ce potentiel est là! Vous vivez dans une région avec beaucoup de merveilles qui n'ont besoin que d'une chose, la volonté de les mettre en valeur.

Raffles Education Corporation est leader en Asie-Pacifique dans le domaine de l'éducation privée. Vous allez vous implanter à Nendaz, une première en Europe pour vous...

Ce n'est qu'un début. Ce ne sera pas la seule école de notre groupe sur votre continent. Nous voulons nous étendre. Je ne peux pas vous dire où pour l'instant. Cela dépendra du réseau que nous pourrons créer et des occasions qui s'offriront. Les taxes en Suisse ne sont pas si différentes de ce que nous connaissons à Singapour, ce qui est intéressant pour commencer. Après cette première expérience, nous pourrons faire le point sur de prochaines possibilités.

Retrouvez l'intégralité de cette interview dans nos éditions du mardi 13 janvier.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

PortraitColine Ladetto, le théâtre sans esbroufeColine Ladetto, le théâtre sans esbroufe

HAUT VOLCasino de Crans-Montana: l’incroyable arnaque des pirates informatiquesCasino de Crans-Montana: l’incroyable arnaque des pirates informatiques

flash-backAvant de fusionner, Veyras se plonge dans son histoireAvant de fusionner, Veyras se plonge dans son histoire

Veyras se plonge dans son histoire

A l’aube de sa fusion avec Miège et Venthône, la commune de Veyras lance un projet de recherche destiné à mettre en...

  28.01.2020 18:00
Premium

Ben bravo…Sion: un chauffeur de car français cumule les infractionsSion: un chauffeur de car français cumule les infractions

Remontées mécaniquesValais: une partie du domaine skiable ferméValais: une partie du domaine skiable fermé

Top