07.04.2015, 15:30

Céline Zufferey dévoile ses «Contorsions» à la Médiathèque de Sion

chargement
La Valaisanne, âgée de 23 ans, est la seule Suisse à avoir remporté le prix du jeune écrivain de langue française 2014.

 07.04.2015, 15:30 Céline Zufferey dévoile ses «Contorsions» à la Médiathèque de Sion

Par F.D.R

littérature L'auteure valaisanne, Céine Zufferey, présente sa nouvelle, mercredi, à la Médiathèque de Sion.

Céline Zufferey, âgée de 23 ans, est l’une des douze auteurs – et la seule de Suisse – à  avoir remporté le prix du jeune écrivain de langue française 2014. Une récompense reconnue internationalement.

Raison pour laquelle cette étudiante, originaire de Granges, qui suit la Haute Ecole des arts de Berne, est invitée par le service de la culture de l’Etat du Valais à présenter, ce mercredi, sa nouvelle intitulée «Contorsions» de 18h15 à 19h30 à la Médiathèque de Sion.

De la modestie à revendre

La lecture de l’ouvrage est confiée au comédien, Christian Cordonier, accompagnée par la Musique de Raphaël Bornet. «Je suis incapable de lire mes propres textes. J’ai encore beaucoup de peine à me mettre en avant alors j’ai préféré confier cette tâches à des amis avec je souhaite travailler depuis longtemps», précise Céline Zufferey empreinte de modestie. Pourtant sa nouvelle a été sélectionnée parmi près de 1000 candidatures provenant du monde entier.

Un SDF unijambiste

La Valaisanne y met en scène un univers noir qui n’a pas manqué de séduire le jury. L’histoire évoque le destin d’un homme sans domicile fixe qui a perdu sa jambe  après une rencontre avec un grand chorégraphe à la recherche perpétuelle du mouvement parfait.

«Le Valais regorge vraiment de jeunes talents. C’est un plaisir pour nous que de leur offrir une vitrine et de leur permettre de rencontrer la population», renchérit Aline Héritier, collaboratrice scientifiques au service de la culture.

Premier roman en route

De quoi renforcer un peu plus encore la motivation de Céline Zufferey qui s’attèle pour de bon à l’écriture de son premier roman. «J’en suis au premier tiers. Il y a des hauts et des bas. Mais globalement j’avance plutôt bien», glisse-t-elle tout en caressant le doux rêve de pouvoir vivre un jour de sa plume.


Top