06.01.2018, 16:30

Anniviers Tourisme devient une société anonyme

Abonnés
chargement
Neuf entités telles que la commune ou les résidents secondaires siégeront au conseil d'administration.

 06.01.2018, 16:30 Anniviers Tourisme devient une société anonyme

Tourisme L’association Anniviers Tourisme devient une société anonyme. La commune et les résidents secondaires siégeront à part égale au sein du conseil d’administration.

Anniviers Tourisme a vu le jour en 2010, dans le sillon de la Fusion des communes de la vallée. Huit ans plus tard, l’association s’apprête à franchir un nouveau cap. Elle devient une société anonyme. Porteur du projet, l’ancien directeur d’Annivers Tourisme Simon Wiget en a fait son sujet de master en innovation touristique. Au terme de l’étude, les...

Anniviers Tourisme a vu le jour en 2010, dans le sillon de la Fusion des communes de la vallée. Huit ans plus tard, l’association s’apprête à franchir un nouveau cap. Elle devient une société anonyme. Porteur du projet, l’ancien directeur d’Annivers Tourisme Simon Wiget en a fait son sujet de master en innovation touristique. Au terme de l’étude, les conclusions sont claires. La clé du succès de la destination est d’en donner la gouvernance aux partenaires. Commune, remontées mécaniques, commerçants ou encore résidents secondaires siègeront ainsi à part égale au sein du conseil d’administration. 

>> A lire aussi: Michael Moret prend la tête d'Anniviers Tourisme

Neuf entités représentées

Séances, comparaisons, sondages, l’évolution de la structure telle que présentée aujourd’hui est le fruit d’un travail de longue haleine. «Nous avons remarqué dès le départ qu’il y avait une réelle volonté décisionnelle de l’ensemble des partenaires touristiques», se souvient le conseiller communal en charge du tourisme, Vincent Theytaz. Un constat qui se reflète aujourd’hui dans l’organigramme de la SA. La commune, les sociétés de développement de la vallée, les remontées mécaniques de Grimentz-Zinal, les remontées de St-Luc-Chandolin, les hôtels et restaurants, les agences, les commerçants, artisans et services, les activités extérieures et les résidents secondaires y obtienne chacun un siège. «Le choix du représentant se fait au sein-même des entités, ajoute Simon Wiget. C’est une manière de les responsabiliser et de leur accorder une légitimité.» D’offrir, aussi, une voix à ceux qui jusque-là, n’en avaient pas. Ainsi, la présence singulière des résidents secondaires au sein du conseil enterre la hache de guerre. «Comme nous avons tous à cœur l’intérêt de la vallée, nous sommes passé des conflits ouverts aux collaborations, se réjouit l’ancien directeur. En Anniviers nous sommes comme les loups. On se bat parmi, mais on chasse ensemble.»

>> A lire aussi: Nendaz montre l'exemple

Un budget inchangé

Eclectique, la SA n’entend pas pour autant révolutionner les acquis. «La société n’est pas une nouvelle structure mais l’évolution d’Anniviers Tourisme», lâche Vincent Theytaz. Le budget reste par exemple inchangé avec 2,7 millions à disposition. «C’est la réactivité qui sera par contre améliorée, commente Michael Moret, nouveau directeur de la structure. «Nous n’aurons plus besoin d’attendre l’aval de la commune si des projets dépassent notre enveloppe budgétaire. Le temps entre l’idée et la réalisation sera ainsi réduit et c’est un vrai plus pour la destination.» 
Une plus grande autonomie, une dynamique différente, c’est le nouveau visage du tourisme anniviard qui se dessine aujourd’hui. «L’objectif est d’officialiser la structure dans le premier trimestre de cette année», ajoute encore Michael Moret. 

>> A lire aussi: Anzère Tourisme SA, nouvelle structure pour promouvoir l'ensemble de la station

Structure encore évolutive

A noter qu’à l’avenir, la société n’interdit par le fait d’inclure, aussi, les offices de Sierre et de Vercorin. «Mais il est aujourd’hui trop tôt pour créer une structure aussi grande», conclut Simon Wiget. Démissionnaire après 11 ans à la tête d’Anniviers Tourisme, il embarque désormais pour un nouveau défi professionnel. «Mais je pars le cœur léger et satisfait que notre travail débouche sur quelque chose de véritablement concret.»
 


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top