Martigny: après 14 ans d'attente, les travaux de sécurisation de la Dranse ont enfin démarré

chargement

Sécurité En 2006, une lave torrentielle poussait les autorités de Martigny à évacuer une partie de la ville. Quatorze ans plus tard, les travaux de protection et de renaturation de la Dranse entre Martigny-Combe et son embouchure dans le Rhône ont enfin commencé; 32 millions vont être investis en sept étapes d’ici à 2027.

 01.10.2020, 18:00
Les travaux de protection et de renaturation de la Dranse ont enfin démarré, à la grande satisfaction de Florence Carron Darbellay, Anne-Laure Couchepin Vouilloz, David Martinetti et Philipp Gerold (de g. à dr.).

«Un véritable soulagement.» Florence Carron Darbellay, présidente de Martigny-Combe, et Anne-Laure Couchepin Vouilloz, présidente de Martigny, sont rassurées: les populations de leurs communes seront bientôt protégées contre les risques de crue de la Dranse.

 

Les travaux ont démarré sur les abords de la Dranse, à proximité du pont du Courvieux. © Héloïse Maret

«Après la crue centennale de l’an 2000 et la lave torrentielle de 2006, la sécurisation de la Dranse est devenue une priorité pour nos deux administrations. Mais il aura fallu attendre quatorze ans pour que les travaux commencent enfin.»

Les raisons de l’attente

Un premier projet a été soumis à l’enquête publique en 2008. Les oppositions avaient alors pu être levées et le dossier transmis au canton en 2010. «Malheureusement, dès 2011, les nouvelles normes et contraintes confédérales ont nécessité des précisions techniques et des améliorations du projet, sans compter deux expertises supplémentaires. Berne a finalement validé ce projet d’importance nationale en 2015», se souvient David Martinetti, vice-président de Martigny, chargé des travaux publics.

Les modifications apportées ont engendré un coût supplémentaire qui a obligé le Grand Conseil valaisan à accepter une rallonge financière au début 2018. Quant au crédit et à l’aval de la Confédération, ils ont été accordés en octobre 2019. Au final, le budget du projet se monte à 32 millions de francs, dont 3 déjà utilisés pour des travaux préparatoires et urgents, à l’exemple de la sécurisation du pont de la Bâtiaz.

A noter que la Confédération et le canton soutiennent financièrement le projet à hauteur de 85%, le solde étant à la charge des communes de Martigny (85%) et Martigny-Combe (15%). Philipp Gerold, chef du Service valaisan des forêts et des cours d’eau et du paysage, précise que la subvention confédérale, qui représente 63% du devis total, est particulièrement élevée en raison de l’importance des dégâts potentiels en cas de crue dans le secteur.

En sept étapes

Ce jeudi, les deux présidentes ont présenté les travaux de protection et de renaturation – élargissement des berges, aménagement de pentes douces, plantation de diverses essences… – qui s’étaleront entre Martigny-Combe et l’embouchure du Rhône: «Sept étapes sont prévues d’ici à 2027. A leur terme, non seulement les populations seront protégées des crues, mais elles pourront aussi profiter d’agréables promenades aux abords de la Dranse grâce aux aménagements envisagés pour faciliter la mobilité douce.»

La première étape, jusqu’à fin 2021, vient donc de commencer. Il s’agit de l’élargissement du lit de la Dranse entre le pont d’Ottan et celui du Courvieux, à proximité de l’embouchure du Rhône. Entre 2021 et 2022, la seconde étape consistera en l’aménagement d’un barrage filtrant, destiné à retenir les matériaux en cas de crue, à Martigny-Combe. Les digues entre le pont CFF et la route d’Ottan seront renforcées et approfondies lors de la troisième étape, entre 2022 et 2023.

 

Le futur visage de la Dranse sécurisée et renaturée, entre les ponts d’Ottan et du Courvieux. © DR

De 2024 à 2026 seront menées en parallèle les étapes quatre et cinq, soit l’approfondissement du lit du cours d’eau et la surélévation des murs entre le pont de la Bourrigne et le pont CFF, ainsi que l’aménagement d’un tracé de mobilité douce entre Saint-Jean, à Martigny-Combe, et ce pont CFF. Dès 2025, la sixième étape comprendra le rehaussement des berges et la construction de seuils au fond de la rivière entre le barrage filtrant et le pont de la Bourrigne.

A lire aussi: 30 millions au nom de la sécurité

Enfin, l’ultime étape, prévue en 2027, sera consacrée au rehaussement et/ou carénage de différents ponts, à savoir ceux des routes cantonales, de l’autoroute, de la Bourrigne, de Rossettan et des CFF.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

TraficUn million pour un nouveau pont sur la Dranse à SembrancherUn million pour un nouveau pont sur la Dranse à Sembrancher

Mobilité douceMartigny: une nouvelle passerelle piétonne installée sur la DranseMartigny: une nouvelle passerelle piétonne installée sur la Dranse

PollutionMartigny: les berges de la Dranse sont polluées au mercureMartigny: les berges de la Dranse sont polluées au mercure

Grand ConseilLa subvention complémentaire pour la sécurisation de la Dranse à Martigny largement acceptée par les députésLa subvention complémentaire pour la sécurisation de la Dranse à Martigny largement acceptée par les députés

MartignyLes travaux d'aménagement de la Dranse à Martigny nécessitent une rallonge financièreLes travaux d'aménagement de la Dranse à Martigny nécessitent une rallonge financière

Top