04.12.2017, 00:01

LES CAVES SORTENT DE L’OMBRE COMMUNALE

Abonnés
chargement
1/2  

 04.12.2017, 00:01 LES CAVES SORTENT DE L’OMBRE COMMUNALE

Par patrice.genet@lenouvelliste.ch / photos heloise.maret@lenouvelliste.ch

MARTIGNY La Ville s’apprête à accorder un soutien de 350 000 francs aux Caves du Manoir, légendaire club de rock qui fête ses 40 ans. 580 000 francs de travaux de rénovation seront effectués dès janvier.

Un «cadeau nécessaire». C’est la formule, limpide, de Mathieu Roduit pour qualifier les 350 000 francs que s’apprête à mettre la Ville de Martigny dans la rénovation des Caves du Manoir. «Le Conseil communal a compris l’importance des...

Un «cadeau nécessaire». C’est la formule, limpide, de Mathieu Roduit pour qualifier les 350 000 francs que s’apprête à mettre la Ville de Martigny dans la rénovation des Caves du Manoir. «Le Conseil communal a compris l’importance des Caves du Manoir sur la scène martigneraine, valaisanne et suisse», se réjouit le président de l’association Subnascor, qui gère le légendaire club de rock, 40 ans cette année.

Une institution culturelle à part entière

L’enveloppe doit encore obtenir l’aval du Conseil général ce mardi soir. Mais l’issue fait peu de doute. Et les travaux de rénovation (lire ci-contre), devisés à 580 000 francs – un important soutien a également été sollicité auprès de la Loterie romande – devraient pouvoir démarrer courant janvier.

Ces 350 000 francs viennent s’ajouter au budget ordinaire de quelque 4 millions de francs que la Ville accorde aux affaires culturelles. «On ne coupe pas ailleurs pour donner aux Caves, c’est un investissement supplémentaire», insiste Michaël Hugon. Le conseiller communal chargé du dicastère le reconnaît: le montant est «considérable pour une institution culturelle de la ville».

L’appellation n’est pas anodine: le budget 2018 est le premier à voir figurer les Caves du Manoir comme institution culturelle propre et non plus sous la rubrique «Manoir», que se partagent trois entités (les Caves, le centre d’art du Manoir et la fondation Guex-Joris).

Outre la manne exceptionnelle dévolue à la rénovation, la subvention communale annuelle passera de 12 000 à 22 000 francs pour 2018. «Mon but est de maintenir cette participation plus élevée pour les années suivantes», appuie Michaël Hugon.

Le jubilé n’explique pas à lui seul ce soutien communal accru. Le statut de la salle a changé aux yeux de la Ville. «Les jeunes qui gèrent le lieu ont structuré leur organisation et leur programmation, c’est une équipe de bénévoles qui a largement montré ses compétences dans la gestion d’un lieu de référence. Il nous semblait logique de les récompenser», répond le conseiller communal.

«C’est une reconnaissance comme les Caves n’en ont pas eu en quarante ans», souligne Mathieu Roduit. Qui met cet esprit sur le compte d’un «travail de communication avec la Ville, commencé il y a deux ans, qui a permis d’instaurer une relation de confiance».

«Conscient d’un héritage»

Une relation nouvelle qui ne sera pas synonyme de perte d’indépendance et d’esprit alternatif. Si les Caves poursuivront dans leur volonté de diversification en s’ouvrant notamment au théâtre et aux autres musiques, elles continueront de consacrer deux bons tiers de leur cinquantaine de soirées annuelles au rock, entre têtes d’affiche internationales et scène locale. «Nos seuls rêves de grandeur sont à chercher dans la qualité de la programmation. On est conscient d’un héritage», insiste Mathieu Roduit.

Rénover, mais conserver l’esprit

Améliorer le confort d’utilisation pour le public, les artistes et les bénévoles: c’est le mot d’ordre des travaux pour des Caves qui n’avaient pas connu d’investissements importants en quarante ans. L’entier de l’espace sera remis à neuf, «sans perdre l’esthétique, le cachet et l’esprit du lieu», insiste Mathieu Roduit. L’organisation de la partie bar sera entièrement repensée pour gagner en volume. De vraies loges seront aménagées pour les artistes, qui fouleront une scène neuve et bénéficieront de consoles son et lumière numériques et d’un parc technique remis aux normes. «Cet endroit est unique. Faire en sorte qu’il ne devienne pas une ruine est indispensable», se réjouit Olivier Vocat, l’un des pionniers des Caves. Le lieu fermera le 31 décembre et rouvrira à la mi-septembre, en grande pompe. pge


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top