13.01.2018, 19:31

Éboulement : dix habitants relogés à Trient, pas d’inquiétude

Abonnés
chargement
Impressionnant ce cliché de l'éboulement survenu cette nuit sur la route de la Forclaz que nous a transmis un de nos lecteurs.

 13.01.2018, 19:31 Éboulement : dix habitants relogés à Trient, pas d’inquiétude

L’éboulement survenu tôt ce samedi matin sur la route du col de la Forclaz n’a pas que des conséquences sur le trafic. Dix habitants de Trient ont dû être relogés pour la nuit. Et ils le prennent avec philosophie.

«Au moment de l’éboulement, mon amie a cru que c’était le chasse-neige qui passait la lame à même le goudron.» Pierre-Alain Cappi habite Trient et s’apprêtait ce samedi matin, comme de nombreux autres habitants, à aller donner un coup de main pour l’organisation du Trophée de la Tête de Balme. Les milliers de mètres cubes tombés sur la...

«Au moment de l’éboulement, mon amie a cru que c’était le chasse-neige qui passait la lame à même le goudron.» Pierre-Alain Cappi habite Trient et s’apprêtait ce samedi matin, comme de nombreux autres habitants, à aller donner un coup de main pour l’organisation du Trophée de la Tête de Balme. Les milliers de mètres cubes tombés sur la route en auront décidé autrement. La course et a été annulée et Pierre-Alain Cappi a été contraint de quitter sa maison située dans l’axe de l’éboulement.

>>A lire ausi : Route de la Forclaz : l'éboulement atteint 5 000 m3 

Cette nuit, il dormira à l’hôtel du Mont-Blanc, exceptionnellement ouvert pour l’accueillir lui et d’autres habitants évacués. Une dizaine au total, dont certains ont également trouvé refuge chez des privés à Trient. S’il reconnaît l’aspect particulier d’être contraint de quitter sa maison, l’homme prend la chose avec une philosophie toute montagnarde. «Quand on habite dans les Alpes, il faut être souple. Ce sont des choses qui arrivent, on ne s’est pas senti en danger et il y a bien pire dans le monde tous les jours. C’est juste dommage pour la course, il faisait grand beau.»

"Jamais rien vu de cette ampleur"

Mais de mémoire d’habitant et de président de commune, on n’avait jamais vu une chose pareille. «On constate régulièrement de petites coulées mais jamais de cette ampleur-là», constate Bertrand Savioz, président de Trient, tout juste sorti d’une séance d’état-major de catastrophe ce samedi soir. Il relativise. «L’évacuation a été faite par prévention, aucun dégât sur les trois habitations que nous avons évacuées n’a été constaté.»

>>A lire aussi: Des éboulements ponctuels pourront se produire en Valais

Son principal souci concernait les cent bénévoles engagés pour la course de ski-alpinisme qui devait se tenir ce samedi matin. «Fort heureusement, tous ont rapidement pu être contactés afin de s’assurer qu’aucun ne se trouvait sous la coulée. On espère simplement que personne d’autre ne passait par là à ce moment-là», raconte-t-il. Rien pour l’heure ne le laisse penser. La situation, sauf catastrophe, sera réévaluée vers 16 heures demain. Pierre-Alain Cappi espère retrouver son chez lui dimanche soir.

La vallée accessible par train

Impossible pour l’heure de dire quand le col, fréquenté en moyenne par 4000 véhicules par jour, sera à nouveau ouvert d’autant que de nouvelles chutes de pierre ont eu lieu toute la journée. Fort heureusement, la vallée est desservie par le train Martigny – Châtelard et une navette a déjà été organisée pour emmener les habitants de Trient à la gare. Le chauffeur de bus est lui aussi relogé. Pour les voitures, un long détour par le tunnel du Mont-Blanc puis par le Grand St-Bernard reste possible.

>>A lire aussi: Zermatt, où il fait bon être coupé du monde

Chef du service des routes et des cours d’eau, Vincent Pellissier était sur place aujourd’hui. «Le cumul des événements et leur ampleur peuvent surprendre mais ce sont des choses qui se produisent en fait très fréquemment durant l’hiver quand on vit dans une région de montagne», tempère-t-il. Et de reconnaître que l’éboulement est relativement important et qu’il faudra du temps pour le dégager. «Ce n’est pas de la boue mais des rochers qu’il faudra évacuer par camion. Quand à l’importance de l’axe, il faut toujours le mettre en perspective avec des lieux plus fréquentés. La route entre Savièse et Sion génère ainsi quatre à cinq fois plus de trafic par jour.» 

La neige annoncée inquiète

A vrai dire, le problème le plus inquiétant pourrait venir du ciel. De grandes quantités de neige jusqu’à basse altitude sont annoncées pour les journées de mardi et mercredi. A problème concret, solution concrète, Vincent Pellissier se satisfait au moins qu’une saleuse soit restée du bon côté de la coulée. Pour le reste, il est dans l’expectative. «Ces nouvelles précipitations vont sans doute encore fragiliser le terrain et de nouveaux éboulements sont possibles.» Et de rappeler que tout cela a aussi un coût, les dégâts et frais générés à la suite de ces différents événements se chiffrent déjà en millions.
 


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

EboulementsDes éboulements ponctuels pourront se produire en ValaisDes éboulements ponctuels pourront se produire en Valais

EboulementLa route entre Grône et Loye est fermée suite à un éboulementLa route entre Grône et Loye est fermée suite à un éboulement

EboulementParalysée à la suite de l'éboulement de samedi, la vallée du Trient repense son organisationParalysée à la suite de l'éboulement de samedi, la vallée du Trient repense son organisation

EboulementLe transit par le col de la Forclaz restera fermé plusieurs joursLe transit par le col de la Forclaz restera fermé plusieurs jours

Top