26.11.2019, 20:00

Saint-Gingolph et Port-Valais: vers un service technique commun

chargement
Des élus des deux communes ont participé à l'élaboration du projet qui sera soumis aux citoyens la semaine prochaine. Au centre, les présidents de St-Gingolph (Werner Grange, à gauche) et Port-Valais (Pierre Zoppelletto, à droite).

Collaboration Les communes de Saint-Gingolph et de Port-Valais pourraient regrouper leurs services techniques sous la forme d’une société anonyme. Les assemblées primaires des deux communes se prononceront la semaine prochaine.

Les autorités de Saint-Gingolph et de Port-Valais souhaitent franchir un pas de plus dans leur collaboration en créant un service technique intercommunal. Ce dernier se concrétiserait sous la forme d’une société anonyme qui aurait pour but de réaliser les mandats octroyés par les deux communes. Il s’agirait d’une première en Valais pour ce type de service qui recouvre les travaux publics, les services industriels, et les bâtiments.

«Les services existants sont confrontés à des exigences de plus en plus élevées, avec des normes toujours plus contraignantes et un niveau de technicité important», explique Patrice Tamborini, vice-président de Port-Valais et chargé des travaux publics et des services industriels. «La création de cette nouvelle entité permettra aux deux communes de disposer d’une direction professionnelle aux compétences techniques qui font parfois défaut aux élus de milice.»

Indépendance conservée

Concrètement, les communes garderont la main sur les moyens octroyés: les conseils communaux élaboreront les budgets, adoptés par les assemblées primaires, la société ST Haut Léman SA sera ensuite mandatée par les exécutifs. «Le choix de la SA permet aux communes de conserver leur autonomie en termes de vision et de stratégie, ce qui ne serait pas le cas avec une association par exemple», explique Ferdinand Masi, conseiller communal gingolais.

Les quatre communes du Haut-Lac (Vionnaz, Vouvry, Port-Valais, Saint-Gingolph) collaborent déjà étroitement dans de nombreux domaines. En janvier de cette année, l’Association des communes du Haut-Lac (ACHL) a même vu le jour pour donner un cadre à ces collaborations. Pourquoi dès lors avancer sur un projet à deux communes uniquement? «Nous avons peut-être une vision ou du moins un timing différents», avance Patrice Tamborini, assurant que «tout est prévu pour accueillir les autres communes».

Implantation au Bouveret

La société emploiera 25 collaborateurs et les employés communaux concernés retrouveront leur poste dans la nouvelle entité privée qui s’implantera au Bouveret. «Leurs avantages seront gardés», assure M. Tamborini. Avec un chiffre d’affaires prévu de 8 millions, «il s’agira déjà d’une jolie PME», remarque M. Masi. Pas question toutefois de dégager du bénéfice, les documents constitutifs le proscrivent.

Les assemblées primaires de Saint-Gingolph et de Port-Valais auront lieu respectivement lundi et mardi prochain. Si les citoyens se positionnent en faveur du projet, la société ST Haut Léman SA sera créée d’ici au printemps 2020, l’engagement de la direction aura lieu en automne, pour une mise en activité de la société d’ici à janvier 2021.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

PolitiqueHaut-Lac: «S'organiser en association de communes peut aussi permettre d'éviter la fusion»Haut-Lac: «S'organiser en association de communes peut aussi permettre d'éviter la fusion»

Top