26.02.2019, 19:00

Des habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Jean-Charles Marchetti, 69 ans (5/5)

Premium
chargement
1/2  

Littérature citoyenne Les habitants ou pendulaires de Monthey ont été séduits par l’idée de raconter leur ville. 130 textes ont été écrits dans le cadre du projet littéraire «D’écrire ma ville» initié par l’écrivaine Abigail Seran. Nous en avons choisi cinq, dont celui de Jean-Charles Marchetti, mécanicien à la retraite et Montheysan depuis toujours.

Jean-Charles Marchetti, 69 ans, retraité, Monthey

«J’ai toujours vécu à Monthey, sauf une année où je suis parti sur la Riviera pour le boulot. Des anecdotes sur la ville, j’en connais plusieurs.» Le membre du comité de l’association Le Vieux Monthey sait manier l’euphémisme. «J’ai choisi de parler du curé Mabillard, dont le neveu jouait au FC Monthey, car...

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Littérature citoyenneDes habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Christophe Ruppen, 57 ans (1/5)Des habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Christophe Ruppen, 57 ans (1/5)

Littérature citoyenneDes habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Lauren Vouillamoz, 25 ans (2/5)Des habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Lauren Vouillamoz, 25 ans (2/5)

Littérature citoyenneDes habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Johan Rochel, 35 ans (3/5)Des habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Johan Rochel, 35 ans (3/5)

Littérature citoyenneDes habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Julie Popescu, 17 ans (4/5)Des habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Julie Popescu, 17 ans (4/5)

Littérature citoyenneMonthey: «C’est un signe fort d’attachement à la ville» selon l’écrivaine Abigail Seran, instigatrice du projet «D’écrire ma ville»Monthey: «C’est un signe fort d’attachement à la ville» selon l’écrivaine Abigail Seran, instigatrice du projet «D’écrire ma ville»

Top