26.02.2019, 15:00

Des habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Johan Rochel, 35 ans (3/5)

Premium
chargement
1/2  

Littérature citoyenne Les habitants ou pendulaires de Monthey ont été séduits par l’idée de raconter leur ville. 130 textes ont été écrits dans le cadre du projet littéraire «D’écrire ma ville» initié par l’écrivaine Abigail Seran. Nous en avons choisi cinq, dont celui de Johan Rochel, chargé de cours à l’Université de Zürich qui a grandi à Monthey.

Johan Rochel, 35 ans, chargé de cours universitaire, Monthey

«Je voulais parler d’une histoire qui évoquait un lieu moins connu de Monthey.» Johan Rochel a donc opté pour le quartier du Verney, quitte à faire remonter un souvenir pas forcément heureux. «C’était une leçon de vie», sourit le chargé de cours à l’Université de Zürich. «Cet endroit offre surtout...

À lire aussi...

Littérature citoyenneDes habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Christophe Ruppen, 57 ans (1/5)Des habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Christophe Ruppen, 57 ans (1/5)

Littérature citoyenneDes habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Lauren Vouillamoz, 25 ans (2/5)Des habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Lauren Vouillamoz, 25 ans (2/5)

Littérature citoyenneDes habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Julie Popescu, 17 ans (4/5)Des habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Julie Popescu, 17 ans (4/5)

Littérature citoyenneDes habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Jean-Charles Marchetti, 69 ans (5/5)Des habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Jean-Charles Marchetti, 69 ans (5/5)

Littérature citoyenneMonthey: «C’est un signe fort d’attachement à la ville» selon l’écrivaine Abigail Seran, instigatrice du projet «D’écrire ma ville»Monthey: «C’est un signe fort d’attachement à la ville» selon l’écrivaine Abigail Seran, instigatrice du projet «D’écrire ma ville»

Top