26.02.2019, 12:00

Des habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Lauren Vouillamoz, 25 ans (2/5)

Premium
chargement
Lauren Vouillamoz, nouvelle arrivante à Monthey, se sent bien dans sa nouvelle ville où elle apprécie notamment «le sourire de la boulangère».

Littérature citoyenne Les habitants ou pendulaires de Monthey ont été séduits par l’idée de raconter leur ville. 130 textes ont été écrits dans le cadre du projet littéraire «D’écrire ma ville» initié par l’écrivaine Abigail Seran. Nous en avons choisi cinq, dont celui de Lauren Vouillamoz, professeure au CO de Leytron et Montheysanne depuis peu.

Lauren Vouillamoz, 25 ans, professeure, Monthey

«Si on m’avait dit qu’un jour je vivrais en plaine, dans une ville, qui plus est à Monthey… Jamais je ne l’aurais cru.» Originaire de La Tzoumaz, la professeure au CO de Leytron a pourtant déjoué tous les pronostics. «J’ai emménagé en automne pour vivre avec mon copain. En arrivant, je...

À lire aussi...

Littérature citoyenneDes habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Christophe Ruppen, 57 ans (1/5)Des habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Christophe Ruppen, 57 ans (1/5)

Littérature citoyenneDes habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Johan Rochel, 35 ans (3/5)Des habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Johan Rochel, 35 ans (3/5)

Littérature citoyenneDes habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Julie Popescu, 17 ans (4/5)Des habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Julie Popescu, 17 ans (4/5)

Littérature citoyenneDes habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Jean-Charles Marchetti, 69 ans (5/5)Des habitants et pendulaires de Monthey racontent leur ville: Jean-Charles Marchetti, 69 ans (5/5)

Littérature citoyenneMonthey: «C’est un signe fort d’attachement à la ville» selon l’écrivaine Abigail Seran, instigatrice du projet «D’écrire ma ville»Monthey: «C’est un signe fort d’attachement à la ville» selon l’écrivaine Abigail Seran, instigatrice du projet «D’écrire ma ville»

Top