11.01.2020, 09:00

«Ici, on se sent reconsidéré comme un être humain»

chargement
La mesure d'insertion sociale du Coffre magique à Saint-Maurice est ouverte depuis deux ans.

Aide A Saint-Maurice, une association, encore peu connue, vient en aide aux personnes isolées socialement. Le Coffre magique leur permet de retrouver un équilibre de vie.

«Bonne année!» Elles s’embrassent et se serrent dans les bras comme le feraient des amies de longue date. Pourtant, elles ne se connaissaient pas encore, il y a quelques mois. «Nous allons faire deux activités», présente Anne-Marie Foare, l’animatrice socioculturelle, au groupe de la journée. «Galette frangipane ou mosaïque. Qui veut faire quoi?» Quelques mains se lèvent pour le choix culinaire, alors que d’autres s’emparent déjà des fragments de pierres colorées.

Prendre de nouveau soin de soi

 «Tu as la fève et la couronne? Ce sont les éléments les plus importants pour réussir le gâteau», plaisante Mélissa. Le groupe, composé de six femmes et un seul homme, entame les activités dans la bonne humeur. 

Quatre jours par semaine, de 8 h 45 à 16 h 30, l’association le Coffre magique propose des ateliers créatifs pour des Valaisans à l’aide sociale. Ou comment prendre de nouveau soin de soi tout en redonnant vie à du matériel recyclé. «Nous offrons une deuxième vie aux personnes présentes ainsi qu’aux objets retravaillés», résume l’animatrice.

Les objets réalisés par le Coffre magique sont vendus dans quelques magasins de la région, ainsi que sur les marchés. ©Sacha Bittel

 

L’association, reconnue au niveau cantonal comme mesure d’insertion sociale, est née en 2017 à Saint-Maurice. «Les participants ont souvent une médication lourde, un suivi psychologique et un fort repli sur eux-mêmes. L’objectif est de leur faire retrouver un rythme de journée et de renouer des contacts», décrit Anne-Marie Foare.

Partager autre chose que des soucis

«Chaud devant!» Dans la salle, entre la galette qui croustille dans le four et les mosaïques qui se construisent peu à peu, l’ambiance agréable fait oublier, au premier abord, que les participants sont des êtres fragiles. 

A l’instar de Noémie, la cinquantaine, qui affiche un sourire sans faille malgré un parcours semé d’embûches. Après avoir donné un de ses reins à sa fille malade, la Sédunoise s’est retrouvée en grande difficulté. «J’ai dû stopper mon activité indépendante de coiffeuse pour m’occuper de mon enfant à plein temps», raconte-t-elle. «Je me suis retirée petit à petit de la société, ne sortant que pour assurer les trajets jusqu’au CHUV.» 

Sans ressources, Noémie finit par demander l’aide sociale et depuis dix mois, elle suit les ateliers créatifs du Coffre magique trois jours par semaine. «Ils me permettent de partager autre chose que des soucis et de me reconsidérer de nouveau comme une personne valable.»

 

Ici, je me sens comme tout le monde!
Elvina, participante au Coffre magique

 

Tout, sauf le tricot!

Pour Jörg, l’un des rares hommes à suivre ces ateliers, cette association lui permet de «rester utile». Après une attaque cérébrale et un infarctus subis le même jour, l’habitant de Vouvry a dû stopper toute activité professionnelle. «C’était le 7 septembre 2017. Alors que je travaillais, j’ai eu des flashs blancs devant les yeux. Direction l’hôpital en ambulance.» Jörg vient au Coffre magique à plein temps depuis quatorze mois. «J’aime travailler et j’essaie toutes les activités… Hormis le tricot!» 

Anne-Marie Foare (à dr.) accompagne les participants dans leurs activités. ©Sacha Bittel

 

Le futur devient possible

A ses côtés, Elvina abonde dans son sens. «Ici, je me sens comme tout le monde. Cette occupation m’a permis de sortir de chez moi et de reprendre confiance.» Bien que l’objectif principal de l’association vise une réinsertion sociale, plusieurs participants nous ont avoué vouloir également retrouver un travail. «Cette mesure permet de redonner un sens à leur vie et un futur peut être de nouveau envisagé après quelques mois», explique Roland Favre, chef du Service de coordination des prestations sociales en Valais.

«Bonjour!» La porte principale s’ouvre soudainement. Christine, qui habite non loin de là, arrive avec une heure de retard. «Il n’y a pas de sanction car la mesure est volontaire. Chacun est libre de participer», précise l’animatrice socioculturelle, alors que Christine, à l’aide sociale à cause de graves problèmes de santé survenus à la suite d’un burn-out, aperçoit le gâteau fraîchement sorti du four. «Mmh, ça sent drôlement bon…»
 

Les structures de l’aide sociale en Valais

Depuis sa création, le Coffre magique a accueilli 42 personnes et huit d’entre elles sont reparties sur le marché du travail. «La mesure est à durée indéterminée mais les participants sont réévalués tous les six mois», ajoute Anne-Marie Foare, animatrice socioculturelle.

En plus du Coffre magique, l’aide sociale comporte deux autres structures valaisannes: la mesure ISA (insertion sociale active) de l’OSEO et les Mains vertes à Conthey. Sachant qu’en 2018 on comptait 6145 bénéficiaires de l’aide sociale dans notre canton, ces organisations doivent être pérennisées et développées selon Roland Favre, chef du Service de coordination des prestations sociales: «Une analyse académique de la HES réalisée pour ces mesures nous a prouvé l’intérêt et le bien-fondé de ces organisations», explique-t-il. «Nous aimerions développer d’autres structures ailleurs en Valais, mais au moins une dans la partie germanophone.»

A lire aussi: A l'aide sociale, ils cultivent la terre et leur jardin intérieur (16.09.2018)


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

TourismeLe Cube 365 fera face aux Dents-du-Midi cet étéLe Cube 365 fera face aux Dents-du-Midi cet été

ManifestationPandémie oblige, Les Bucoliques prennent racine à Vérolliez cette annéePandémie oblige, Les Bucoliques prennent racine à Vérolliez cette année

ArtDes "Amants" du sculpteur André Raboud sur un giratoire montheysanDes "Amants" du sculpteur André Raboud sur un giratoire montheysan

HistoireTroistorrents: une famille, 12 frères et soeurs, et presque 1000 ans de vie en toutTroistorrents: une famille, 12 frères et soeurs, et presque 1000 ans de vie en tout

Une famille de presque 1000 ans

Clément Dubosson et Ida Perren ont 80 ans ce 20 mai. Ensemble, avec leurs frères et sœurs, ils comptabilisent 989...

  20.05.2020 05:30

Mon village«Ce que j’aime aux Giettes, c’est…»«Ce que j’aime aux Giettes, c’est…»

Top