Hôpital Riviera-Chablais: les députés valaisans veulent travailler conjointement avec les Vaudois

chargement

Santé Le Grand conseil valaisan a refusé une commission d’enquête parlementaire cantonale mais accepte une proposition similaire intercantonale. Il souhaite aussi donner plus de compétences à la commission de surveillance de l’hôpital Riviera-Chablais.

 18.06.2020, 16:15
Les députés valaisans ont vivement critiqué la situation financière de l'HRC.

«Scandaleux, incompréhensible, inadmissible» pour le PLR. «Un navire sans capitaine qui prend l’eau» pour le PDC du centre. «Un départ raté et un manque de professionnalisme» pour le CVPO. Les débats sur la situation financière de l’hôpital Riviera-Chablais (HRC) auront duré près de deux heures jeudi et les députés, après avoir pris connaissance des rapports du conseil d’Etat et de la commission intercantonale de surveillance (CIC), ont été quasi unanimes dans leurs qualificatifs du dossier.

Au cœur des discussions, trois points essentiels: le déficit de l’HRC de près de 18 millions de francs pour l’année 2019, la non-communication du conseil d’établissement auprès du conseil d’Etat et le dépassement des coûts de construction de l’hôpital, qui ont été de l’ordre de 25%.

«Ne soyons plus spectateurs»

Si la très grande majorité du parlement s’est offusquée de ces éléments, elle souhaite malgré tout attendre les résultats des deux audits en cours qui sont prévus pour la fin de l’été. Le groupe UDC a proposé, quant à lui, de faire toute la lumière sur la situation financière par le biais d’une commission d’enquête parlementaire (CEP). «Ne nous contentons pas de mots et assumons notre rôle de haute surveillance. Ne soyons plus spectateurs mais acteurs», a martelé le chef du groupe Grégory Logean à l’assemblée. Mais sa proposition, «trop prématurée» selon certains, n’a pas été acceptée. 

Si le Grand Conseil vaudois accepte la CEP, nous devons impérativement être associés aux démarches existantes.
Muriel Favre-Torelloz, cheffe de groupe PDC du bas

En revanche, les députés ont été d’accords d’utiliser d’autres outils politiques, en complément des audits. Ainsi, le postulat urgent déposé par le PDC concernant l’opportunité de créer une CEP intercantonale a été acceptée par 76 oui, 50 non et 1 abstention, alors que le conseil d’Etat avait recommandé de le rejeter. «Nous devons unir nos forces et, si le Grand Conseil vaudois accepte la CEP, nous devons impérativement être associés aux démarches existantes», explique Muriel Favre-Torelloz, cheffe du groupe PDC du bas. 

Un postulat accepté, même si pour l’UDC «cet outil intercantonal n’existe pas aujourd’hui» et si pour l’ADG «il aurait mieux valu qu’une délégation valaisanne intègre la CEP vaudoise.» Côté vaudois justement, la décision concernant cette CEP, actuellement en cours d’étude auprès du gouvernement, devrait être rendue en septembre prochain. 

Pour plus de surveillance des deux cantons

Les députés valaisans ont souhaité également renforcer les compétences de la CIC en acceptant la motion déposée en ce sens par le PDC. Le président du Grand Conseil, Olivier Turin, est également intervenu en tant qu’ancien président de la CIC. Il a souhaité rappeler que «cette commission a vu se succéder de nombreux députés qui se sont très impliqués dans ce projet.»

Nous ne pouvons pas quitter le bateau. Il faut agir maintenant.
Esther Waeber-Kalbermatten, conseillère d’Etat

La désignation des membres du conseil d’établissement a été également soulevée par les élus qui demandent, dans leur majorité, que les futurs nommés soient choisis «sur la base de leurs compétences et non pour des questions de régionalisme.» Pour rappel, le président de Collombey-Muraz, Yannick Buttet, est candidat à la candidature de ce conseil d’établissement. Il a été désigné par la conférence des présidents du district de Monthey qui souhaite être représentée à Rennaz.

De con côté, la conseillère d’Etat, Esther Waeber-Kalbermatten a encore ajouté que l’HRC «est important pour le canton du Valais» et que près de 30% de la population valaisanne s’y fait soigner. «Nous ne pouvons pas quitter le bateau, il faut agir maintenant», a-t-elle conclu.
 

A lire aussi : Un rapport des syndicats accuse l'hôpital qui se défend (02.06.2020)


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

MobilitéLe bus MobiChablais séduit 4 nouvelles communesLe bus MobiChablais séduit 4 nouvelles communes

Face à la mortExpérience de mort imminente: des Valaisannes racontent leur passage dans l’au-delàExpérience de mort imminente: des Valaisannes racontent leur passage dans l’au-delà

MédecineLe projet de maison de santé à Champéry ne se fera pas, le seul médecin du village pourrait partirLe projet de maison de santé à Champéry ne se fera pas, le seul médecin du village pourrait partir

SantéCollombey-Muraz: la clinique CIC attend toujours son autorisation d’exploiterCollombey-Muraz: la clinique CIC attend toujours son autorisation d’exploiter

TourismeUn nouveau président à Région Dents du MidiUn nouveau président à Région Dents du Midi

Top