05.03.2018, 05:30

Chablais: ils sont dingues de la cryothérapie, on vous explique pourquoi

chargement
1/2  

 05.03.2018, 05:30 Chablais: ils sont dingues de la cryothérapie, on vous explique pourquoi

Santé Depuis cinq mois, Monthey abrite Swisskryo, le seul centre public de cryothérapie du Valais. Proposant une méthode de soin par le froid, il connaît un succès grandissant qui l’oblige à déménager à Aigle dans des locaux plus spacieux.

Entrer durant trois minutes dans un caisson refroidi à -140°C, en maillot de bain, chaussons aux pieds et gants aux mains. Voilà ce que propose, depuis octobre dernier, le centre Swisskryo, spécialisé dans la cryothérapie.

Ce procédé, très répandu dans le sport d’élite, se démocratise de plus en plus. Parmi la trentaine de personnes qui viennent une fois par semaine, il y a Christophe, 58 ans: «On se les caille, mais ça fait un bien fou! Depuis que je fais ces séances, j’ai réglé mes problèmes de sommeil.»

De 16 à 82 ans

Outre les troubles du sommeil, on prête de nombreuses vertus à la cryothérapie: aide à la récupération, diminution voire élimination des douleurs musculaires, lutte contre les rhumatismes ou la sclérose en plaques. «Ces personnes qui souffrent et que j’appelle patients – par opposition aux clients, qui viennent uniquement pour se maintenir en forme – ont tenté de se soigner par de nombreux moyens sans jamais trouver le remède, explique Julien Voeffray, associé gérant du centre Swisskryo. Finalement, la cryothérapie leur en offre un.»

Sa clientèle/patientèle, âgée entre 16 et 82 ans et qui débourse 40 francs par session, est variée. Parmi elle, des sportifs d’élite qui cherchent un complément à leur préparation. C’est le cas de Maude Mathys, championne d’Europe de course de montagne. Depuis que l’athlète d’Ollon a découvert la cryothérapie, cette dernière fait pleinement partie de son quotidien, au même titre que la physiothérapie ou les massages. «C’est idéal pour la régénération musculaire. Je vois aussi les effets sur mon tendon d’Achille, qui me fait souffrir depuis longtemps et dont les douleurs ont énormément diminué au fil des séances.»

>>A lire aussi: Plongée dans le congélateur pour sportifs

Un procédé miracle donc, qui fonctionne avec de l’azote liquide – qui permet de contenir le froid – stocké sous pression dans une bonbonne. Sa décompression permet à l’azote de retrouver son état gazeux, libérant ainsi le froid qui pénètre dans le caisson. Il atteint alors la température optimale (-140°C en l’occurrence).

Déménagement à Aigle

Cela nécessite une attention de tous les instants. Pour autant, Julien Voeffray n’a pas de formation médicale particulière. «La partie délicate est surtout assumée par le fabricant lorsqu’il construit la machine. Du moment qu’elle fonctionne correctement, les risques sont fortement réduits.»

La pratique ne semble en tout cas pas refroidir les Chablaisiens, puisque le succès que connaît le centre Swisskryo a forcé la société à se trouver de nouveaux locaux, plus confortables. «De Monthey, nous allons migrer à Aigle, dès cette semaine. A notre nouvelle adresse, nous pourrons accueillir nos visiteurs dans de meilleures conditions.» 
 

 «La littérature scientifique sur le sujet est partagée»

Docteur Vincent Chollet, médecin du sport à la clinique Bois-Cerf à Lausanne

 

Que pensez-vous de cette pratique du caisson de cryothérapie?
Elle est idéale pour la récupération musculo-tendineuse des sportifs après un effort physique soutenu. Son bénéfice anti-inflammatoire est avéré, car le froid endigue le développement des douleurs. 

Est-elle aussi efficace pour soigner des douleurs chroniques pas forcément dues à un effort physique?
La littérature sur le sujet est partagée. Scientifiquement, ce procédé est contesté, car il n’existe aucune démonstration claire de son bienfait. Raison pour laquelle je ne la prescris pas médicalement. Mais parmi mes patients, certains l’ont testé. Ils ont remarqué un effet, à la seule condition d’y retourner chaque semaine. A 40 francs la séance, non remboursés par l’assurance maladie, c’est un traitement qui coûte cher.

Cela pourrait-il être dangereux pour le patient?
Non, je ne pense pas. Même si, évidemment, il existe des contre-indications, principalement pour les personnes cardiaques, souffrant de problèmes vasculaires ou neurologiques ou encore pour les femmes enceintes.


Top