26.03.2018, 23:11

Collombey-Muraz: pas de fracas pour le retour de Yannick Buttet devant le législatif

chargement
Yannick Buttet a fait son retour devant le conseil général lundi soir à Collombey-Muraz

 26.03.2018, 23:11 Collombey-Muraz: pas de fracas pour le retour de Yannick Buttet devant le législatif

Politique De retour à son poste de président de Collombey-Muraz depuis le 1e février, Yannick Buttet a fait sa première apparition officielle lundi soir. Alors qu'il était amené à s'expliquer devant le conseil général, l'affaire a été réglée rapidement et sans fracas.

Pour la première fois depuis le 1e février dernier et son retour au poste de président de commune, Yannick Buttet s’est présenté devant le conseil général de Collombey-Muraz lundi soir. Un évènement qui n’est pas passé inaperçu puisque, à la demande du groupe PDC, il était inscrit au point 10 de l’ordre du jour.

«On fait avec»

Les différents partis politiques étaient alors invités à s'exprimer sur le cas personnel de l’élu. Il était 21h16 lorsqu’Emmanuel Gollut, le chef de groupe PDC du conseil général, a pris la parole en premier: «Le mal est fait, et c’est un beau gâchis pour Yannick, sa famille et son parti. Mais il n’y aurait rien de constructif à ressasser cette affaire. Laissons la justice faire son travail.» Ce dernier point était partagé par l’UDC et son chef de groupe Damien Vannay.

Daniel Schmid, conseiller général socialiste, a pour sa part relevé qu’il ne s’agissait pas, dans le cas présent, de donner une deuxième chance à Yannick Buttet. «Cela n’a rien à voir avec de la chance, puisque ce sont les institutions qui permettent ce retour. Yannick Buttet en a décidé ainsi, soutenu par son parti; on doit faire avec.»

A noter que les Verts n'ont pas souhaité s'exprimer, faute de position unanime. Quant au PLR, son chef de groupe Thomas Birbaum a tenu à féliciter les six conseillers municipaux pour le travail effectué durant l'absence du président.

Le président prend la parole

Yannick Buttet a ensuite fait sa déclaration. Lisant un texte – «pour la première fois devant le conseil général» - le président de commune a annoncé qu’il assumait ses fautes, mais uniquement celles qu’il avait commises: «J’avais effectivement des comportements à corriger mais je ne suis pas le monstre que certains ont laissé entendre. Loin de moi l’idée de jouer l’autruche face à la déception légitime de la population, je souhaitais simplement rappeler que la réalité ne se décline pas en noir et blanc.»

Plus loin, il a précisé qu’aucune procédure pour harcèlement sexuel n’a été lancée à son encontre à ce jour. Une information confirmée par le ministère public, qui ajoute que Yannick Buttet est toujours sous le coup d’une plainte pour contrainte, déposée par une ancienne relation. «L’enquête est toujours en cours», confirme le procureur général adjoint Jean-Pierre Greter. Et Yannick Buttet de reprendre: «Cela relève de ma sphère privée».

Un législatif «qui veut avancer»

L’élu PDC  a conclu en se déclarant prêt à donner le meilleur de lui-même pour Collombey-Muraz et en indiquant qu’il avait mis en œuvre un suivi thérapeutique concernant son problème d’alcool.

Au final, ce fameux point 10 de l’ordre du jour aura été réglé en 17 minutes. «Cela fait un moment qu’on parle de cette histoire qui a déjà été largement commentée par les présidents de parti dans la presse. Le conseil général veut désormais avancer dans les dossiers», selon le président PLR du législatif collombeyroud Côme Vuille. 


Top