09.01.2019, 15:01

Williams: la distillerie Morand réduit drastiquement ses achats de poires

chargement
Les poires williams sont principalement utilisées en distillation... pour l'instant.

Consommation Un stock trop important de Williamine pousse l’entreprise octodurienne à réduire ses commandes de williams. Les producteurs songent à diversifier les utilisations de la mythique poire.

La distillerie Morand va diminuer ses achats de poires williams de 30 à 40% cette année! Si la Williamine a connu, comme toutes les eaux-de-vie, une importante baisse de consommation ces vingt dernières années (le volume des ventes a été divisé par trois en deux décennies), ce n’est pas le niveau des ventes, qui a tendance à se stabiliser actuellement, qui est en cause, mais le volume des stocks.

Trop de stocks

«Cela fait plusieurs années que nous réduisons nos achats de poires, car nous disposons de stocks trop importants», explique Fabrice Haenni, directeur de l’entreprise octodurienne, confirmant ainsi une information de Radio Chablais. Cette année, la distillerie fait un pas de plus dans la réduction des stocks. Elle n’entend pas descendre à zéro pour autant: «Nous l’avons vu avec l’abricotine, il est important d’avoir des réserves pour faire face aux aléas de la production.» Par contre, Morand ne souhaite plus disposer d’un volume aussi important que celui dont elle dispose aujourd’hui.

De nouveaux débouchés pour la williams

Secrétaire général de l’interprofession des fruits et légumes, Olivier Borgeat n’est pas surpris par l’annonce de la distillerie Morand. «Cela fait vingt ans que la consommation d’eau-de-vie diminue.» Plusieurs raisons à cela: des changements dans les habitudes de consommation, la concurrence des alcools forts étrangers qui sont moins taxés et la limite de 0,5 pour mille.

L’interprofession souhaite le maintien de la surface dévolue à la williams en Valais. «Avec le Service de l’agriculture et les producteurs, nous réfléchissons à une mise en valeur différente de ce fruit qui est la poire la plus consommée au monde.» Les pistes de débouchés sont connues: la poire de table, les jus et nectars, mais aussi la compote. «C’est un fruit très agréable à manger. Il a une image un peu vieillotte, mais nous croyons à son avenir», assure Olivier Borgeat, qui rappelle que le Valais contrôle 70% du marché de cette poire emblématique.

L’avenir de la williams passera aussi par la distillation. Fabrice Haenni assure que Morand tient mordicus à sa Williamine. En lançant de nouveaux produits, comme la douce moins chargée en alcool ou la mousse, elle a réussi à diversifier sa clientèle et à stabiliser les ventes.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

DigitalÀ Martigny, la distillerie Morand mise sur la numérisation pour s’offrir un avenir prometteurÀ Martigny, la distillerie Morand mise sur la numérisation pour s’offrir un avenir prometteur

ConsommationValais: il y aura une eau-de-vie d'abricots "spéciale gel"Valais: il y aura une eau-de-vie d'abricots "spéciale gel"

productionL'Abricotine AOP de Morand en rupture de stockL'Abricotine AOP de Morand en rupture de stock

Top