08.08.2019, 19:08

Valais: la députée Stéphanie Favre est décédée

chargement
La députée Stéphanie Favre effectuait son troisième mandat au Grand Conseil.

Carnet noir L’ancienne présidente de la Commission des finances du Grand Conseil Stéphanie Favre est décédée à l’âge de 47 ans.

La députée libérale-radicale Stéphanie Favre est décédée mercredi à l’âge de 47 ans. Ancienne vice-présidente de la commune de Vex, la juriste représentait le district d’Hérens au Grand Conseil pour la troisième période. Durant ses mandats, elle a notamment présidé la Commission des finances.

Une politicienne discrète et efficace

Le président du PLR, René Constantin, qui a siégé au Grand Conseil avec Stéphanie Favre, est sous le coup de l’émotion. «C’est une lourde perte pour notre parti. C’est une femme qui a toujours mis l’accent sur l’efficacité et qui refusait le paraître.»

L’ancienne présidente du Grand Conseil, Anne-Marie Sauthier a eu un long parcours politique commun avec Stéphanie Favre. «Elle était une femme très discrète, qui faisait l’unanimité au Grand Conseil. Elle ne voulait pas parler de sa maladie. Elle a souffert en silence, en allant jusqu’au bout de son action. Elle a été héroïque lorsqu’elle a tenu à intervenir lors de la session de juin comme ancienne présidente de commission, alors qu’elle était très malade.»

La tristesse dépasse les rangs du PLR. La députée Marianne Maret ne cache pas son émotion, elle non plus. La démocrate-chrétienne a été élue présidente de la Commission de gestion lorsque Stéphanie Favre a pris la tête de la Commission des finances. Les deux femmes ont ainsi collaboré pendant une longue période. «C’était une personnalité politique de valeur. C’était quelqu’un qui ne cherchait pas la visibilité, mais qui s’était mise au service de sa fonction.»

Le président de l’UDC, Cyrille Fauchère, et le chef du groupe UDC, Grégory Logean saluent le courage de la députée disparue, elle qui «a conduit son mandat parlementaire avec professionnalisme et courage», dépassant la souffrance pour mener à bien sa mission jusqu’au bout.

Pressentie pour le Conseil national

Les qualités de Stéphanie Favre auraient pu l’amener à de hautes responsabilités si la maladie ne l’avait pas arrêtée. Son parti avait pris contact avec elle pour lui proposer une candidature au Conseil national, offre qu’elle avait dû décliner en raison de ses ennuis de santé.
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

ExceptionnelGrand Conseil: cette année, ce sont cinq femmes qui dirigent la politique valaisanneGrand Conseil: cette année, ce sont cinq femmes qui dirigent la politique valaisanne

Top