26.12.2017, 12:00

Un Sédunois joue dans le cirque Eloize du Québec

Abonnés
chargement
Dans le spectacle «Saloon», le Valaisan montre ses talents d’acrobate dans la bascule coréenne.

 26.12.2017, 12:00 Un Sédunois joue dans le cirque Eloize du Québec

SPECTACLE A 28 ans à peine, l’artiste a rejoint le mythique cirque depuis un an. Il fait une tournée mondiale avec le spectacle «Saloon» qui fait escale à Genève dès mercredi soir.

Au téléphone depuis Arcachon en France où il jouera le soir même, Jérôme Hugo a la voix enthousiaste. Ce Sédunois d’origine a rejoint le prestigieux cirque Eloize du Québec l’an dernier pour y effectuer un numéro de bascule coréenne, l’une de ses spécialités. «Il s’agit de sauter sur une planche qui bascule, en faisant des figures en l’air. On...

Au téléphone depuis Arcachon en France où il jouera le soir même, Jérôme Hugo a la voix enthousiaste. Ce Sédunois d’origine a rejoint le prestigieux cirque Eloize du Québec l’an dernier pour y effectuer un numéro de bascule coréenne, l’une de ses spécialités. «Il s’agit de sauter sur une planche qui bascule, en faisant des figures en l’air. On peut monter jusqu’à huit mètres», explique l’artiste.

Après avoir déjà tourné dans le monde entier depuis plusieurs mois avec son nouveau spectacle «Saloon» – les artistes ont joué entre autres à New York, Montréal, au Chili, en France –, la troupe fait escale à Genève dès mercredi soir. L’occasion pour Jérôme Hugo de retrouver sa famille valaisanne pendant quelques jours. «Mes proches me manquent même si je vis des aventures incroyables grâce au cirque.»

Un vrai conte de fée

Car la vie de Jérôme Hugo ressemble à un conte de fée. Tombé amoureux du cirque dès son enfance, il s’inscrit, avec sa sœur cadette, au cirque Zôfy de Charrat à 11 ans. «J’ai tout de suite bien accroché. Deux ans après avoir commencé, je faisais du cirque 20 heures par semaine en dehors de l’école.» Ses parents, tous deux instituteurs, ne lui mettent pas les bâtons dans les roues. Au contraire. «Ils m’ont toujours soutenu. C’est une chance, car je voulais vraiment faire ce métier qui pouvait paraître peu sûr aux yeux de parents.»

 

 

Formation professionnelle au cirque Zôfy

Une fois sa scolarité obligatoire terminée, Jérôme Hugo se lance dans une formation professionnelle à l’école du cirque Zôfy. Puis, il entre au Centre national des arts du cirque à Châlons-en-Champagne. Une centaine de candidats s’étaient présentés pour douze places seulement. Jérôme Hugo passe les étapes les unes après les autres, touchant toujours plus près à son rêve.

Jusqu’au jour où le cirque Eloize vient le chercher pour ce numéro de bascule coréenne. «C’est un cirque mythique. Je rêvais d’y être engagé un jour.» Plusieurs fois par semaine, Jérôme Hugo se lance ainsi dans les airs pour un numéro qu’il avoue dangereux. «Cela fait partie du métier. Et puis, je le fais car j’aime l’adrénaline que cela provoque.» Il est aussi conscient qu’à tout moment, il peut se blesser et que sa carrière s’arrêtera alors net. «Ma sœur a d’ailleurs dû arrêter à cause d’une blessure. Elle est restée dans le milieu du cirque en devenant technicienne. Le cirque, c’est dans le sang.» 

Des sacrifices assumés

Cette profession nécessite aussi quelques sacrifices. L’artiste sédunois accepte ainsi de ne pas voir sa conjointe régulièrement. «Elle est aussi artiste, mais dans un autre cirque. Alors, on jongle pour nous voir. Je fais des longs trajets juste pour quelques heures. Mais c’est la règle du jeu. On l’accepte.» Jérôme Hugo s’habitue aussi à changer d’hôtel quasiment tous les soirs. Pourtant, là encore, il ne voit que le côté positif. «J’ai toujours rêvé de voyager et je peux le faire à fond. Le jour où je voudrais me poser, je deviendrai coach.» Mais ce projet est encore de la Musique d’avenir. «Dès que je ne fais pas d’acrobatie, cela me manque», conclut Jérôme Hugo.

A voir au théâtre du Léman à Genève


Le première du nouveau spectacle du cirque Eloize «Saloon» a lieu ce soir 27 décembre à 20 heures  au théâtre du Léman à Genève. Il sera ensuite joué jusqu’au 7 janvier 2018. La compagnie québécoise présente cette nouvelle création comme une invitation à la fête. Acrobatie, danse et musique sont les ingrédients de cette cavalcade au cœur du Far West.

Jérôme Hugo interprète le personnage du «Player». «Mon caractère dans le spectacle s’est défini peu à peu. C’est un joueur qui aime faire la fête», explique Jérôme Hugo.

Infos sur www.opus-one.ch


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top