Sierre: les parcs naturels, une plus-value environnementale et touristique

chargement

Nature Mardi matin à Sierre, quatre parcs naturels suisses et italiens se sont présentés sur la place de l’Hôtel-de-Ville. Garants de la biodiversité, ils constituent également des partenaires touristiques de premier choix pour leurs régions.

  22.05.2018, 15:16
De gauche à droite: Peter Oggier (parc naturel de Finges), Dominique Weissen (parc paysager de Binn) et Paolo Crosa Lenz (parc naturel de Veglia-Devero) ont présenté, mardi à Sierre, la valeur ajoutée qu'ils amènent à leurs régions respectives.

Ils s’expriment en allemand, en français ou en italien, mais ont tous à cœur la sauvegarde du patrimoine naturel des Alpes. Mardi matin à Sierre, les représentants des parcs naturels de Pfyn-Finges et de la vallée de Binn se sont alliés à leurs homologues italiens de Veglia-Devero et du Val Grande, pour présenter leurs espaces protégés respectifs. L’occasion d’évoquer la valeur ajoutée qu’ils amènent à leurs régions. 

Une visibilité internationale

Tous riches d’un panel d’activités en plein air des plus abouti, ces différents parcs se veulent des partenaires touristiques de premier plan. Car à l’heure de la digitalisation, le souhait de retrouver la nature et son air pur n’a peut-être jamais été aussi grand. «Le tourisme valaisan a besoin de beaux paysages. Et ceux-ci ne se trouvent pas qu’en station», lance Peter Oggier, directeur du parc naturel de Pfyn-Finges. 

Chaque année, l’espace qui s’étend de Sierre à Gampel enregistre ainsi près de 6000 entrées. «Nous sommes tous très présents sur la Toile et ses moteurs de recherche», poursuit Peter Oggier. «Les parcs naturels, et par conséquent les agglomérations et le canton, jouissent ainsi d’une visibilité internationale.» Un constat que partage le vice-président de la municipalité de Sierre, Olivier Salamin. «Le Parc naturel de Finges n’est ni plus ni moins que la porte d’entrée touristique de notre ville.» 

Un échange de bonnes pratiques

Afin d’attirer toujours plus de visiteurs, certains optent également pour des collaborations transfrontalières. C’est notamment le cas du côté de la vallée de Binn, dans le Haut-Valais. En 2013, les cinq communes propriétaires du parc paysager signaient un contrat de partenariat avec le site piémontais de Veglia-Devero, situé à six heures de marche. «Outre les excursions et animations que nous organisons ensemble, cette collaboration permet également un échange de bonnes pratiques», indique Dominique Weissen, la directrice du parc de Binn. 

Chaque année, des recensements d’animaux sont par exemple effectués de manière commune entre les deux parcs. «La sauvegarde de la biodiversité est ainsi rendue plus efficiente. C’est un avantage certain pour toute notre région», se réjouit Paolo Crosa Lenz, président de l’unité de gestion des zones protégées de l’Ossola, qui englobe notamment le parc de Veglia-Devero.   

Et grâce aux subventions cantonales et fédérales dont ils bénéficient, les parcs naturels peuvent également remettre au goût du jour certaines de leurs infrastructures. Présidente du parc paysager de la vallée de Binn, la conseillère nationale Viola Amherd – également présente à Sierre – évoque la récente réfection de la route des Gorges de Twingi: «De tels travaux ont le don de maintenir l’héritage historique et naturel de toute une région. C’est un atout sur lequel nous misons dans nos campagnes de promotion.» 
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

ChroniqueInitiative 99%: confuse et stigmatisante. Par Fernand MariétanInitiative 99%: confuse et stigmatisante. Par Fernand Mariétan

Potager 2/2Le  jardin  de cocagne d'un passionné de fruits et légumes au BouveretLe  jardin  de cocagne d'un passionné de fruits et légumes au Bouveret

AfghanistanDe passage en Valais, Zarifa Ghafari se confie: «Je ne dirais pas que je suis courageuse. J’essaie juste d’être un être humain décent.»De passage en Valais, Zarifa Ghafari se confie: «Je ne dirais pas que je suis courageuse. J’essaie juste d’être un être humain décent.»

Zarifa Ghafari en Valais: son interview

Plus jeune maire afghane élue à 27 ans, Zarifa Ghafari s’engage pour les femmes de son pays. Après la prise de pouvoir...

  25.09.2021 05:30
Premium

DéveloppementTéléMarécottes: un projet à 14,8 millions pour relier les pistes au trainTéléMarécottes: un projet à 14,8 millions pour relier les pistes au train

VaccinationValais: 0,28% de cas de Covid-19 parmi les personnes vaccinéesValais: 0,28% de cas de Covid-19 parmi les personnes vaccinées

Top