Remontées mécaniques valaisannes: un nouveau oui au projet de loi

chargement

Grand Conseil Le Grand Conseil a accepté lundi matin d'entrer en matière sur la loi d'encouragement des remontées mécaniques.

 14.05.2018, 11:17
Le soutien étatique aux remontées mécaniques a franchi un nouveau pas lundi au Grand Conseil.

Le Grand Conseil a accepté lundi matin, par 99 voix contre 25, d’entrer en matière sur la loi sur l’encouragement des remontées mécaniques, une loi qui prévoit un fonds cantonal pour les remontées mécaniques, indépendant du fonds existant en faveur du tourisme.

Une loi historique

Sidney Kamerzin, chef du groupe PDC du Centre, constate que des aides à fonds perdus aux remontées mécaniques, qu’une majorité du Parlement avait soutenue lors de la première lecture survenue avant les dernières élections cantonales, ne sont pas acceptées par la population. «En cas de votation cantonale, le risque de refus était très important.» Le projet de loi ne prévoit donc que des soutiens à fonds perdus dans des cas exceptionnels.

Le conseiller d'Etat Christophe Darbellay a expliqué que la nouvelle mouture de la loi est le fruit d'un compromis.

Malgré les changements intervenus, Sidney Kamerzin s’enthousiasme pour «une loi historique» et se réjouit que le secteur des remontées mécaniques, si important pour le tourisme valaisan, bénéficie enfin d’une loi.

Le PLR s'est aussi retrouvé dans le camp du oui.

Opposition à gauche

Le regard est tout autre à gauche. L’ADG s’oppose à la loi. La députée socialiste haut-valaisanne Doris Schmidhalter-Näfen estime que «le Valais ne peut se permettre cette loi» et un soutien aux remontées mécaniques, alors que des coupes ont dû être effectuées dans le social, par exemple. Pour elle, le ski est une activité chère qui reste inabordable pour les moins aisés.

Les Verts refusent aussi cette loi. Le député écologiste Mathieu Clerc a expliqué que son groupe ne s’oppose pas à un soutien aux remontées mécaniques, mais qu’il préfère que les moyens existant soient adaptés plutôt que de créer une loi uniquement consacrées à un secteur d’activité. Les Verts rappellent ainsi qu’il existe déjà de nombreux moyens pour aider financièrement les remontées mécaniques, par le biais de la Nouvelle politique régionale et par celui du fonds pour le tourisme et que tous les moyens à disposition ne sont pas encore utilisés.

>>A lire aussi: 240 millions pour soutenir le tourisme valaisan

Nuances de l’UDC

L’UDC du Haut, par Michael Graber, rejoint la gauche en critiquant certains points de la loi. Le groupe ne souhaite pas que des cadeaux soient fait à des privés qui vont ensuite verser des dividendes aux actionnaires. Les agrariens sont aussi gênés par le fait que seules les grandes sociétés puissent bénéficier de soutiens étatiques.

L'autre groupe UDC, celui du Valais romand, par la voix d'Yvan Rion, veut des garde-fous pour éviter de soutenir des sociétés qui se retrouvent entièrement en mains étrangères. Le groupe du Valais romand demande un renvoi en commission.

Fuites dénoncées

Plusieurs voix, dont celle d'Emmanuel Amoos (ADG) se sont élevées pour dénoncer des fuites qui seraient intervenus au sein de la commission parlementaire qui a travaillé sur la nouvelle mouture de la loi.

La suite jeudi

Plusieurs propositions de modifications du projet de loi ont été déposées lundi. Le Grand Conseil les analysera jeudi matin dès 9h.

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

TourismeLa loi valaisanne sur les remontées mécaniques fait encore débatLa loi valaisanne sur les remontées mécaniques fait encore débat

Top