28.05.2020, 12:19

Réforme fiscale valaisanne: toute la gauche va récolter des signatures dès lundi

chargement
Emmanuel Amoos et la gauche ont présenté leurs arguments lors d'une conférence de presse virtuelle.

Politique Les partis de gauche et l’Union syndicale valaisanne refusent les baisses fiscales prévues pour les entreprises. Le référendum est lancé.

Lundi 1er juin, la récolte des signatures contre la révision de la loi fiscale valaisanne va démarrer. Toute la gauche est unie pour combattre un texte adopté au Grand Conseil en mars dernier. Parti socialiste, Verts, Centre Gauche-PCS, Entremont Autrement, Gauche alternative, POP et l’Union syndicale ont présenté ensemble leurs arguments lors d’une conférence de presse virtuelle jeudi.

La réforme concerne essentiellement les entreprises. Jusqu’à maintenant, l’impôt sur le bénéfice qui les frappe se situe à 12,6% pour les sociétés dont le bénéfice ne dépasse pas 150 000 francs et 21,6% pour les autres. Il va désormais passer à 11,9% pour les sociétés avec un bénéfice de 250 000 francs ou moins et 17% pour les autres.

Des compensations sociales sont prévues pour 38 millions.

A lire aussi: L’Etat du Valais va accorder un soutien supplémentaire aux crèches et aux primes maladie

«La réforme n’est pas nécessaire»

Les référendaires estiment que cette révision n’est pas nécessaire. «L’attractivité fiscale n’arrive qu’au septième rang des critères déterminants pour le choix de l’emplacement d’une entreprise», déclare la conseillère municipale verte sédunoise Marylène Volpi Fournier. «Les taux actuels n’ont pas empêché Lonza d’investir un milliard en Valais», constate le député PS Emmanuel Amoos.

«La réforme ne touche que le bénéfice des entreprises. Il n’y a donc pas de risque pour leur survie», estime Olivier Cottagnoud (Gauche alternative).

Des baisses de rentrées contestées

La baisse des entrées fiscales pour le canton et les communes, soit 120 millions par an à terme, fait peur à la gauche. A titre d’exemple, la commune de Sion perdrait 7 millions, celle de Vétroz 500 000 francs. Cet argent va manquer aux collectivités publiques, dont les recettes vont déjà être frappées par la crise provoquée par le coronavirus. «C’est l’austérité assurée», lance la jeune socialiste Elodie Werhli. «Les communes n’auront plus de marge de manœuvre. La ville de Sierre va soutenir le référendum», indique Eddy Beney, conseiller municipal sierrois du Centre Gauche-PCS.

Le conseiller national Mathias Reynard reproche au paquet un certain déséquilibre: «Les collectivités publiques vont perdre des entrées et en même temps elles devront financer les compensations sociales.»

«Finalement, ces baisses fiscales ne serviront qu’à augmenter les dividendes des actionnaires et les salaires des patrons», résume Yves Niveaux, du POP.

Les référendaires ont désormais trois mois pour obtenir 3000 signatures.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

fiscalitéLa gauche valaisanne lance un référendum contre la réforme de la loi fiscaleLa gauche valaisanne lance un référendum contre la réforme de la loi fiscale

FiscalitéSavez-vous où passent vos impôts en Valais?Savez-vous où passent vos impôts en Valais?

Top