22.03.2018, 07:55

Privé d'autorisation d'exploiter, Rives-du-Rhône licencie tout son personnel

chargement
Le foyer de la fondation Rives-du-Rhône voulait investir ce lieu pour héberger ses résidents en mars.

TOXICOMANIE Douze personnes ont reçu leur congé pour fin mars prochain. Engagées le 1er janvier, elles ne peuvent pas faire leur travail, soit aider les personnes toxicomanes à sortir de leurs dépendances, car la fondation Rives-du-Rhône n'a toujours pas obtenu d'autorisation d'exploiter de la part du département d'Esther Waeber-Kalbermatten.

"Nous avons vécu trois mois sur la fortune de l'association pour payer le personnel. On ne pouvait pas continuer plus longtemps", s'exclame Xavier Lavanchy, le président de la fondation Rives-du-Rhône qui se voit ainsi contrainte de licencier tout son personnel pour le 31 mars prochain. Douze personnes recevront leur congé pour 8,8 postes équivalent plein temps.

La raison? La fondation n'a, à ce jour, toujours pas reçu d'autorisation d'exploiter, ni de mandat de prestation de la part du département de la santé d'Esther Waeber-Kalbermatten. Et ce, malgré le dossier complet déposé le 14 février apportant des réponses aux non-conformités relevées par le rapport Eichenberger, malgré deux postulats urgents acceptés par le Grand-Conseil – dont celui du 9 mars dernier demandant au Conseil d'Etat d'autoriser l'exploitation d’une structure d’accueil résidentiel à destination de personnes souffrant d’addictions et malgré le fort soutien de la commission de la santé, des affaires sociales et de l'intégration pour la délivrance rapide de l’autorisation d’exploiter. "Face à l'immobilisme de Mme Waeber-Kalbermatten, nous sommes contraints de de prendre cette décision afin de ne pas épuiser toutes les ressources financières", ajoute Xavier Lavanchy.

Un vrai gâchis

Un vrai gâchis, souligne la fondation Rives-du-Rhône, "qui avait tout en main pour une bonne prise en charge des personnes dépendantes". "Notre personnel est compétent et nous avions déjà eu des contacts avec 19 personnes voulant entrer dans notre structure pour se faire soigner", précise encore Xavier Lavanchy.

Esther Waeber-Kalbermatten a fixé un rendez-vous à la fondation Rives-duRhône mardi 27 mars prochain. "Mais, nous ne savons pas de quoi il va être question", conclut Xavier Lavanchy.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

GRAND CONSEILLe postulat demandant au Conseil d'Etat d'autoriser l'exploitation du foyer Rives-du-Rhône acceptéLe postulat demandant au Conseil d'Etat d'autoriser l'exploitation du foyer Rives-du-Rhône accepté

TOXICOMANIELa fondation Rives-du-Rhône veut ouvrir un foyer à Crans-MontanaLa fondation Rives-du-Rhône veut ouvrir un foyer à Crans-Montana

DEPENDANCESAudit d’Addiction Valais: graves infractions dans les processus du personnelAudit d’Addiction Valais: graves infractions dans les processus du personnel

Top