12.10.2017, 13:06
Lecture: 10min

Près de quarante jeunes de la FOVAHM sont intégrés individuellement dans les entreprises (3/5)

Premium
chargement
Jean-Claude Schwartz travaille chez Provins depuis quelque temps. Avec bonheur.

HANDICAP Depuis 2006, les adultes de la FOVAHM peuvent travailler dans l’une des entreprises du canton acceptant d’engager une personne avec handicap mental. Tant l’employé que l’employeur y gagnent.

Mission: devenir un travailleur intégré sans le soutien quotidien d’un maître socioprofessionnel. Trente-neuf personnes de la FOVAHM (Fondation valaisanne en faveur des personnes handicapées mentales) tentent d’y parvenir par leur activité professionnelle dans près de trente entreprises du canton ouvertes à les accueillir. «Les métiers proposés concernent aussi bien les personnes intéressées aux professions manuelles, de contact ou un...

À lire aussi...

HANDICAPLa FOVAHM: plongée dans six des vingt-neuf ateliers intra-muros (1/5)La FOVAHM: plongée dans six des vingt-neuf ateliers intra-muros (1/5)

HANDICAPLa prise en charge des seniors handicapés mentaux à la FOVAHM (2/5)La prise en charge des seniors handicapés mentaux à la FOVAHM (2/5)

Top