08.11.2018, 13:30

Pigne d'Arolla: deux témoignages permettent de mieux comprendre les circonstances de la tragédie d'avril

chargement
Le groupe d'alpinistes italiens décimé lors du drame survenu au Pigne d'Arolla les 29 et 30 avril 2018. Ici au départ de Chamonix le 26 avril.

Facebook/DR

 08.11.2018, 13:30 Pigne d'Arolla: deux témoignages permettent de mieux comprendre les circonstances de la tragédie d'avril

Haute Route En avril dernier, sept randonneurs perdaient la vie près du Pigne d'Arolla. Aujourd'hui, les témoignages de deux rescapés permettent de mieux comprendre ce qui s'est passé.

Sept mois après la tragédie qui a coûté la vie à sept randonneurs près du Pigne d’Arolla, deux témoignages viennent éclaircir la genèse de la tragédie. Publié par «Der Spiegel», repris et enrichi par un autre témoignage dans «L’illustré», les propos des rescapés précisent certains éléments plutôt à charge contre l’organisation de l’expédition. 

A lire aussi: Arolla: victimes du froid tout près de la cabane

On y apprend que le guide italien responsable du groupe des dix randonneurs aurait refusé de contrôler une partie du matériel comme la cagoule, le sac de bivouac synthétique pour dormir dehors ou une petite balise GPS munie d’un signal d’urgence.

Si la décision de réaliser la traversée ne s’est pas prise dans la sérénité, c’est à ce moment-là que le guide a signalé au groupe que la cabane des Vignettes affichait complet. «Si la météo est bonne, nous descendrons jusqu’à Arolla. A défaut, nous tenterons notre chance à la cabane, quitte à dormir par terre», aurait lancé le guide avant le départ de la cabane des Dix. 

En route, on le sait, le groupe a rencontré quatre Français perdus dans la tempête. Ces derniers ont suivi le guide italien malgré d’apparentes réticences. Mais les Français, plutôt que de poursuivre sur l’arête mortelle, se sont arrêtés 70 mètres en amont vers une cuvette où ils ont pu creuser un abri dans la neige et trouver refuge. Les quatre survivants regagneront leur pays sans être hospitalisés. 

Pour les randonneurs en perdition, un ultime espoir est apparu sous forme d’un tuyau noir d’alimentation en eau de la cabane des Vignettes, une conduite qui a fini par disparaître dans la tempête. Cet épisode fait dire à l’un des témoins que le guide ne savait pas où il menait le groupe voire qu’il n’avait jamais parcouru la Haute Route. Ce même témoin contredit également la thèse selon laquelle le guide aurait chuté d’une falaise. Il serait mort d’épuisement en allant chercher du secours dans une montagne qui est «devenue un gros business, dans lequel n’importe qui peut faire n’importe quoi».


Top