03.07.2018, 12:01

Péréquation: Bagnes reste la commune qui paie le plus pour les autres

chargement
La péréquation financière permet d'égaliser les moyens entre les communes valaisannes.

 03.07.2018, 12:01 Péréquation: Bagnes reste la commune qui paie le plus pour les autres

Péréquation Peu de changements dans la valse des contributeurs et récipiendaires de la péréquation intercantonale 2019. Dix-sept communes, surtout touristiques, continuent de payer pour les 109 autres.

Elle trône depuis plusieurs années en tête de classement: la commune de Bagnes demeure la plus grande contributrice à la péréquation intercommunale 2019. Péréquation qui permet aux 126 communes du Valais de fonctionner plus ou moins égalitairement, les collectivités les mieux loties aidant les plus pauvres.

Les 17 communes valaisannes les plus riches verseront donc 18,4 millions de francs nets l'an prochain au pot commun, ensuite redistribués aux communes plus défavorisées. Le canton, pour sa part, ajoutera 36,4 millions à ce fonds de péréquation financière intercommunale, comme vient de l'indiquer le Conseil d’Etat dans son arrêté.

Nendaz change de colonne

C'est Bagnes qui, une fois encore, alimentera le plus généreusement ce fonds, à hauteur de 7,35 millions de francs nets, un montant en hausse de 150'000 francs par rapport à cette année. Suivent, trois autres communes touristiques: Crans-Montana avec 3,15 millions, Lens et ses 2,67 millions, et enfin Zermatt avec 1,8 million. A noter que Nendaz, qui jusqu'ici approvisionnait aussi ce fonds de solidarité financière, passe dans le camp des bénéficiaires. Bénéficiaires en tête desquelles figure, comme en 2018, la commune de Fully qui recevra l'an prochain 3,27 millions. Saxon, 2,97 millions et St-Maurice, 2,9 millions. 

Deux grandes villes récipiendaires

Il est désormais presque acquis que ce sont les grandes communes touristiques de montagne qui mettent le plus la main au porte-monnaie pour la plaine. Si les villes de Sion, Viège et Martigny restent elles aussi dans le camp des contributeurs, elles paient des sommes bien moindres: 760'000 francs pour la capitale, 848'000 pour la cité du coude du Rhône et 682'000 francs pour la ville haut-valaisanne. Sierre (262’00 francs) et Monthey (37'000 francs) sont-elles dans le camp des récipiendaires.

A noter que le fait de figurer dans la colonne des « aidés » ne signifie pas qu’une commune est forcément en mauvaise posture financière. C’est souvent le montant d’impôts encaissés par une collectivité qui la place dans le tableau de cette péréquation. Les communes du Haut-Plateau ou encore la championne, Bagnes, peuvent ainsi et souvent compter sur d'importants forfaits fiscaux, ce qui n’est pas le cas des communes comme Fully ou encore Saint-Maurice qui abritent, elles, peu de gros contribuables.
 


Top