17.02.2020, 19:30

Monthey: le site chimique veille au gaz hilarant

chargement
Le site montheysan produit, lui aussi, du gaz hilarant, un gaz à effet de serre.

Climat Le site chimique de Monthey contrôle ses émissions de gaz hilarant depuis 2014. Elles sont inférieures au seuil de déclaration auprès de l'Office fédéral de l'environnement. Et bien loin des 600 000 tonnes en équivalent CO2 annoncées par la Lonza la semaine dernière.

Est-il possible que d’autres entreprises crachent en masse du gaz hilarant? La question brûle les lèvres de nombreux députés au Grand Conseil et parlementaires fédéraux après l’annonce, la semaine passée, que la Lonza émet l’équivalent de 1% des émissions de CO2 en Suisse.

A lire aussi : Gaz hilarant en masse à la Lonza: parlementaires et canton devant le fait accompli

Sous la limite

En plus du géant pharmaceutique haut-valaisan, Siegfried à Evionnaz et DSM Nutritional Products à Viège ont annoncé à l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) des rejets de quelques kilos de ce protoxyde d’azote. Légalement, les entreprises doivent annoncer lorsque ces émissions dépassent les 10 tonnes par année. A la Lonza, elles atteignent environ 2000 tonnes.

A Monthey, CIMO expulse des quantités inférieures à la limite, raison pour laquelle elle ne les a pas communiquées à l’OFEV. Mais joue volontiers la carte de la transparence. «Dans une démarche d’amélioration continue, une évaluation des rejets de protoxyde d’azote a été effectuée en 2014», relève Julie Esposito, responsable communication chez CIMO.

Sur le site chimique chablaisien, 16 installations inventorient les émissions de gaz à effet de serre. «Seul un échappement de ce gaz a été identifié au niveau du four d’incinération des boues de la step», poursuit la porte-parole. «En équivalent CO2, il est inférieur à 3% des émissions globales de CIMO.»

A lire aussi : Valais: Lonza va réduire ses émissions de… gaz hilarant

Du côté de Novelis à Sierre, on assure que les émissions de gaz hilarant ne concernent pas l’industrie métallique. Les usines d’incinération ne sont pas non plus concernées.

Les députés veulent en savoir plus 

Les partis politiques valaisans attendent davantage d’informations. Si tous n’ont pas encore défini la forme d’une possible intervention lors de la prochaine session du Grand Conseil en mars, les Verts Jérémy Savioz et Nathalie Cretton ont déjà prévu une interpellation. Objectif: évaluer la possibilité que d’autres sites industriels valaisans émettent du gaz hilarant en masse.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

SocialCoronavirus: les éducateurs des structures valaisannes pour jeunes en difficulté mobilisésCoronavirus: les éducateurs des structures valaisannes pour jeunes en difficulté mobilisés

CoulissesCoronavirus: comment le Valais s’organise-t-il pour lutter contre la pandémie?Coronavirus: comment le Valais s’organise-t-il pour lutter contre la pandémie?

SoutienLe Valais met les bouchées doubles pour aider son agriculture à affronter la crise du coronavirusLe Valais met les bouchées doubles pour aider son agriculture à affronter la crise du coronavirus

LectureCoronavirus: Ving-cinq bibliothèques proposent un service de livraison à domicileCoronavirus: Ving-cinq bibliothèques proposent un service de livraison à domicile

PandémieCoronavirus: 26 morts et 1000 contaminations en ValaisCoronavirus: 26 morts et 1000 contaminations en Valais

Top