27.07.2017, 00:01

Lonza met le paquet en Valais

Abonnés
chargement
1/2  

 27.07.2017, 00:01 Lonza met le paquet en Valais

Par patrice genet

VIÈGE Le groupe chimique bâlois a dévoilé un gigantesque projet de développement dans le domaine de la biopharmaceutique. Estimé à plusieurs centaines de millions de francs, il verra la création de centaines d’emplois dans les années à venir.

A l’instar du bouquetin dont il a adopté le nom latin, le projet Ibex frappe fort. Et s’apprête à résonner dans le monde de l’industrie pharmaceutique comme un coup de cornes dans la montagne. Présente à Viège depuis 120 ans, la Lonza a choisi son site haut-valaisan, fort de quelque 2700 collaborateurs sur les...

A l’instar du bouquetin dont il a adopté le nom latin, le projet Ibex frappe fort. Et s’apprête à résonner dans le monde de l’industrie pharmaceutique comme un coup de cornes dans la montagne. Présente à Viège depuis 120 ans, la Lonza a choisi son site haut-valaisan, fort de quelque 2700 collaborateurs sur les 10 000 du groupe bâlois, pour y concrétiser un gigantesque projet de développement dans le secteur de la biopharma. Plusieurs centaines d’emplois seront en effet créés ces prochaines années grâce à l’implantation de cinq bâtiments modulables sur un terrain de 110 000 mètres carrés. Soit l’équivalent de onze terrains de football.

La construction de deux de ces bâtiments a commencé en juin dernier. L’un d’entre eux sera occupé par Sanofi. Pour rappel, l’entreprise pharmaceutique française et la Lonza avaient annoncé en début d’année un investissement commun de 290 millions sur le site viégeois dans le développement de médicaments biologiques. Avec, à la clé, la création de deux cents postes de travail. Une branche d’Ibex.

Plusieurs centaines de millions investis

La Lonza ne communique pas l’investissement total consenti. Mais il se chiffre à plusieurs millions de francs. Et devrait aboutir à la création de centaines d’emplois. Le nombre exact dépendra de l’évolution du marché et de l’intérêt des potentiels clients appelés à venir s’installer, en location, sur le site. Les entreprises pourront louer des espaces et en préréserver d’autres en fonction de leurs besoins et de leurs perspectives de développement.

«Certaines resteront six mois pour la phase clinique, d’autres plus longtemps. Le site permettra de les accueillir dans quelque phase que ce soit du développement de leur médicament», explique Marc Funk, directeur opérationnel (COO) du segment Pharma & Biotech de la Lonza.

Mûri durant plus d’une année, le choix de Viège pour la réalisation de ce projet n’est pas surprenant. «La Suisse n’est pas la meilleur marché en termes de salaire, mais la main-d’œuvre hautement qualifiée et stable ainsi que le savoir-faire très important que l’on trouve en Valais sont capitaux pour nous», justifie Marc Funk. Une efficience précieuse, selon le CEO de Lonza Richard Ridinger. «Cela permettra d’accélérer d’au moins douze mois la mise d’un médicament sur le marché.»

«C’est immense pour le canton du Valais»

Présente hier au côté du ministre de l’économie et de la formation Christophe Darbellay (lire ci-contre), la vice-présidente du gouvernement valaisan Esther Waeber-Kalbermatten était tout sourire à l’occasion de la présentation du projet à la presse. «C’est immense pour le canton», s’enthousiasme la conseillère d’Etat chargée de la Santé. Pour rappel, la biopharma emploie 5500 personnes en Valais et représente 6% du PIB du canton. La valeur ajoutée unitaire se monte, dans ce domaine, à 317 000 francs par travailleur. Un record, loin devant l’industrie et le tourisme.

Preuve de l’importance du défi, une task force est sur le point d’être constituée, qui verra l’Etat du Valais et la Lonza œuvrer de concert dans la mise en œuvre du projet Ibex. Un groupe de travail qui se réunira régulièrement afin de discuter notamment des besoins en logements et en personnel formé, dans et hors canton. Des synergies fortes sont ainsi envisagées avec l’EPFL Valais et le BioArk à Viège.

La Lonza a donc le vent en poupe. Le groupe a dévoilé hier des résultats qualifiés d’excellents, avec notamment un chiffre d’affaires au premier semestre 2017 de 2,32 milliards de francs, soit 15,1% de mieux que lors de la même période de l’an dernier. La hausse est particulièrement marquée dans le secteur Pharma & Biotech où le chiffre d’affaires a grimpé de 27% pour atteindre 1,06 milliard de francs.

«Une opportunité unique et historique»

Qu’est-ce que ce projet représente pour le canton?

C’est une opportunité unique et historique qui positionne le Valais sur la carte du monde. Je ne crois pas qu’il y ait eu de projets aussi importants ces dernières décennies dans le canton.

C’est une chance, mais aussi un défi...

Oui. Il faudra être très performant en matière de conditions-cadres et offrir toutes les conditions qui font que des jeunes Valaisans se forment dans ces métiers et que les meilleurs spécialistes ont envie de venir vivre et travailler ici. Un projet comme celui-ci est un accélérateur.

Quels sont les engagements pris par le Conseil d’Etat?

D’accompagner ce genre de projets avec une administration qui collabore de la manière la plus efficace possible, avec moins de bureaucratie. C’est un nouvel état d’esprit. pge


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top