«Les producteurs de rosés valaisans n’ont aucune excuse. Ils peuvent faire bien mieux que ce qu’ils font aujourd’hui.»

chargement

Interview En janvier 2020, dans le cadre d’Agrovina, les spécialistes de la Haute école de viticulture et d’œnologie de Changins présentaient le rosé comme la solution pour assainir le marché du vin suisse. Elizabeth Gabay, spécialiste mondiale de ce type de vins, donne son avis sur nos rosés.

 09.09.2020, 12:09
Lecture: 5min
Premium
Spécialiste du rosé, la master of wine Elizabeth Gabay a fait partie du jury du Mondial des pinots dont les dégustations se sont déroulées à Sierre du 4 au 6 septembre.

En janvier 2020, sous l’impulsion de la Haute école de viticulture et d’œnologie de Changins, le rosé fut la star de la Journée suisse de l’œnologie d’Agrovina. Un choix dicté par le succès remporté ces dernières années par un vin trop souvent méprisé et qui, selon Changins, pourrait relancer la consommation des vins suisses et devenir une porte d’entrée au monde du vin pour les jeunes générations.

A lire aussi: Valais: nos professionnels oseront-ils le rosé pour assainir le...

À lire aussi...

TendanceLe rosé, star de l’étéLe rosé, star de l’été

NouveauVionnaz: ils ont osé mettre du CBD dans leur rosé et ça fonctionneVionnaz: ils ont osé mettre du CBD dans leur rosé et ça fonctionne

ConcoursGrand Prix du Vin Suisse: les Valaisans trustent les nominés pour la grande finaleGrand Prix du Vin Suisse: les Valaisans trustent les nominés pour la grande finale

DégustationSierre accueille le Grand Prix du vin suisseSierre accueille le Grand Prix du vin suisse

Top