27.09.2018, 12:01

23,4 millions de francs versés à l’agriculture valaisanne au nom de la promotion de la diversité

chargement
Entre une surface dévolue à l'engrais vert, une autre en jachère et une production de maïs, l'exploitant Max Knecht, le chef du service de l'agriculture Gérald Dayer et le biologiste Emmanuel Revaz louent les vertus de la biodiversité sur l'un des terrains du premier dans la plaine chablaisienne.

Agriculture Devenue l’une des priorités de la politique agricole valaisanne, la promotion de la biodiversité et du paysage n’a cessé de gagner du terrain pour rapporter gros: 23,4 millions de francs de paiements directs en 2017.

23,4 millions de francs! C’est le total des paiements directs alloués l’an passé à l’agriculture valaisanne pour son engagement en faveur de la nature et du paysage. Subventionnée à 90% par la Confédération, cette aide n’était que de 1,4 million il y a cinq ans.

Mais depuis 2014, les sensibilités ont évolué en même temps que les vannes de la Berne fédérale s’ouvraient pour favoriser l’éclosion de projets contribuant à la préservation des milieux naturels. Notre canton a ainsi décidé de faire de la promotion de la biodiversité et du paysage l’une des priorités de sa politique agricole. «L’investissement de l’État du Valais a été important avec la mise à disposition d’une enveloppe de 2,5 millions de francs pour le développement de divers projets et avec la création d’une structure de 4 spécialistes chargés d’assurer le suivi des dossiers», a expliqué hier matin à Vouvry le chef de service de l’agriculture, Gérald Dayer, sur le domaine de Max Knecht, exploitant convaincu de la justesse et de la nécessité de cette démarche.

Un soutien à maintenir dans PA 2022

«Les paiements directs constituent bien sûr une intéressante source de motivation de participer à ce mouvement. Mais il ne faut pas oublier que sacrifier des surfaces de production pour favoriser le sauvetage d’échassiers ou la plantation de haies qui fourniront gîte et couvert à des insectes implique aussi des sacrifices», souligne le biologiste Emmanuel Revaz heureux de voir le Valais réconcilier agriculture et biodiversité après le divorce acté à la fin du siècle dernier.

Avec le soutien financier important de la Confédération, le canton du Valais a donc pu convaincre une majorité de ses 3000 exploitants agricoles d’adhérer au mouvement. Qui se sont partagé les 23,4 millions de francs de paiements directs venus du Berne. «En 2017, les contributions annuelles versées aux agriculteurs participant à ces projets s’élevaient à 9 millions de francs pour la qualité écologique, dont 4.3 millions sur les alpages », précise Gérald Dayer. Près de 7 millions sont venus récompenser les mesures en faveur des réseaux agro-environnementaux et 7,5 millions de francs celles en faveur de la qualité du paysage. 

Une manne que le Valais espère bien voir fructifier à l’avenir. Le canton souhaite ainsi que ces programmes sont clairement maintenus dans le cadre de la future politique agricole 2022. «Car sans ce soutien fédéral, jamais notre canton n’aurait pu atteindre de telles avancées en termes de biodiversité, même si les mentalités du monde agricole ont évolué dans le bon sens», conclut le biologiste Emmanuel Revaz.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

journée de la biodiversitéPromouvoir la biodiversité dans son propre jardin et pleine villePromouvoir la biodiversité dans son propre jardin et pleine ville

EnvironnementMartigny: des buissons indigènes remplacent les thuyas pour favoriser la biodiversitéMartigny: des buissons indigènes remplacent les thuyas pour favoriser la biodiversité

Top