Le jardin de cocagne d'un passionné de fruits et légumes au Bouveret

chargement

Potager 2/2 André Imhof cultive un parc exceptionnel de fruitiers et plantes potagères. De quoi faire vivre en autarcie complète toute sa petite famille.

 25.09.2021, 08:00
Au Bouveret, toutes les conditions sont réunies pour un jardin potager et fruitier de cocagne.

Il y a tout ce dont on peut rêver dans ce jardin aux allures de parc monumental, à quelques minutes seulement de la Marina du Bouveret. Un verger, de prime abord, s’impose au regard, avec d’imposants arbres posés sur un gazon de velours vert intense. 

Des cerises griottes, des prunes Fellenberg pointues et bleues, des mirabelles jaunes, des pommes et des poires. Une vigne de plan direct encadre cet espace grandiose. 

La tonnelle et sa treille de plants directs. Des raisins qui ne requièrent aucun traitement. © Sabine Papilloud


«Le raisin arrive à maturité en même temps que les châtaignes pour la brisolée», se réjouit l’épicurien. Le raisin envahit également une tonnelle; muscat et pinot, entrelacés. 

Un hôtel à insectes bourdonne d’activité. «Je ne traite rien. Purins d’ortie et de prêle font l’affaire.» 

L'oeuvre d'une vie: son jardin!

Tout semble ici naturel, facile, opulent par nature. Mais un jardin de paradis, ça ne tombe pas du ciel! 

Quelle chance de pouvoir produire du frais à la sueur de son front. 
André Imhof


«Suite au décès précoce de mon père, mes rêves de grande école se sont effondrés. Je devais soutenir ma famille.» André travaillera dès lors 40 ans aux chemins de fer et terminera sa carrière comme chef de gare au Bouveret, tout en cultivant sans relâche son terrain. 

Retraité depuis 25 ans, il ne ménage toujours pas sa peine et perpétue l’œuvre d’une vie: son jardin.

L’acanthe épineuse, plante vivace majestueuse et ornementale, est le point de rencontre des butineurs. © Sabine Papilloud


Suivez le guide!

En compagnie de son chat Cookie, il nous propose une visite savoureuse et didactique, pimentée d’énigmes, de son écrin. Et il sait y faire. André accueille chaque année les enfantines de l’école du Bouveret. 

Chaque coin potager d’André Imhof a son atmosphère. L’espace choux, concombres, roses et asperges ne manque pas d’élégance. © Sabine Papilloud


Leur raconter la nature et leur expliquer que les fruits et légumes ne poussent pas dans les rayons des magasins, c’est son truc. Glissons donc nos pas dans ceux de ce jardinier d’exception. 

Son potager n’est pas aligné au cordeau mais se dessine telle une multitude d’oasis dans un océan de verdure. Des bouquets de lavande tutoient des choux pointus très appréciés par notre guide. 

«En salade ou avec un morceau de lard, quelle merveille!»


1500
kilos
de fruits au moins sont, chaque année, récoltés par André Imhof


Les framboisiers s’alignent au garde-à-vous, «deux récoltes par an» se réjouit l’homme. Un houx fuselé surgit d’un parterre tel un sapin de Noël.

Slalomer dans ces grands espaces permet de débusquer une haie de kiwis, jouxtant une marée d’hortensias. «Je n’ai pas modifié leur sol, ils se sont adaptés à la terre argileuse.» 

Leur floraison est spectaculaire. Chez André Imhof, les hortensias ont toute latitude pour coloniser l’espace. © Sabine Papilloud


Ici et là, se devine l’empreinte d’un parterre abandonné et reconquis par le gazon. «J’avais planté des physalis mais personne n’avait envie de les récolter. L’âge venant, j’abandonne peu à peu quelques surfaces cultivables.» 

«Car c’est un sacré job et nous avons assez pour ravitailler toute la famille, enfants et petits-enfants compris.»

Kakis Persimon® et Prunes Monsieur

André Imhof sublime le côté ornemental de son jardin avec des arbres qui ne sont pas seulement productifs. «Ce pommier du Japon n’est pas un arbre à fruits mais à fleurs. Des fleurs simples à 5 pétales dont il se couvre abondamment fin avril-début mai.» 

Avec notre guide, on n’est jamais au bout de nos surprises. «Connaissez-vous le kaki Persimon®? Contrairement aux autres kakis, ses fruits sont durs et croquants comme des pommes. Excellent!» 

Le talent du jardinier: malgré les conditions désastreuses de cet été, la récolte de figues est prometteuse. © Sabine Papilloud


Quelque pas plus loin, rendez-vous avec un pêcher au summum de sa forme, «Je le cocole avec du cuivre pour éviter la cloque du pêcher», et de grands cerisiers tardifs. 

«C’est bien pratique en cas de gel. Leurs fruits sont semblables aux noires de Montreux. 

A savourer en tarte crépitante au sortir du four ou après un passage au tonneau. Les connaisseurs apprécient cette eau-de-vie. Quoi qu’il en soit, ne laissez jamais sécher les fruits sur l’arbre, cueillez-les jusqu’au dernier sinon c’est la porte ouverte aux maladies.» 

Production maison: rien ne perd, tout se transforme!
Avec son épouse, André Imhof élabore pléthore de produits, dont des confitures, des jus de fruits et des sirops de menthe, cassis, raisinets, etc. Le couple congèle des légumes prêts à la consommation et des petits plats tout-fait: des soupes de légumes agrémentées de haricots Borlotti. La courgette rejoint l’aubergine et le poivron en ratatouille ou se glisse, à l’aigre doux, dans des bocaux. Les poires sont stérilisées; les pommes, séchées. Les courges (une cinquantaine par an) alimenteront les soupes et rentreront dans la composition de savoureux gâteaux.

Il faudra aussi sortir l’échelle pour la récolte de la prune Monsieur. Ce joli fruit violacé d’un calibre moyen arrive à maturité en même temps que les abricots. Sa chair juteuse est jaune dorée et son noyau non adhérent se détache tout seul. 

«A 60 ans, il arrive en fin de vie. J’ai commencé à le greffer pour assurer sa descendance.» 

Sous la voûte végétale du noyer, le temps s’arrête. Ce géant résulte d’une noix plantée par André et son fils. Il s’en est suivi un «repousson», greffé par un spécialiste.

«Le noyer prend ses aises et ne requiert aucun soin si ce n’est un peu de taille. En décembre, je prépare 30 kg de cerneaux de noix pour une poignée d’amateurs fidèles.»

Incontournable: l'appareil pour casser rapidement et sans dégâts, noix et noisettes. © Sabine Papilloud

.

Bien outillé pour la récolte
Pour casser les noix, André Imhof a fait appel à un tiers pour concevoir un appareil sur la base d’une photo. «Il en a réalisé toute une série. J’ai eu le 1er! Un collector.» Et pour sécher les noix, rien de tel qu’une table «maison» spécialement adaptée: un cadre de lit récupéré à la décharge et recouvert d’un grillage à poules.


Les tomates se royaument

La visite se poursuit dans une tonalité rouge vif: tomates de Berne, Marmande, cerise, Montfavet. «Un purin d’ortie et des tagettes au pied des plants suffisent à me garantir une magnifique récolte.»

De belles agapanthes ouvrent la voie sur un parc arboré émaillé de potagers fleuris. © Sabine Papilloud


«Mais cette année, elle sera maigre à cause de la pluie.» Un détour par les patates virgule, le figuier et la salade américaine (dont les feuilles se coupent selon les besoins durant tout l’été!) et nous voici devant les asperges. 

«Je suis passé des blanches d’Argenteuil aux vertes. J’ai réalisé un support en branches pour contenir leur verdure, que je couperai en automne. En attendant, elle nourrit les turions qui repartiront au printemps.» 

Un jardin qui témoigne de l’atmosphère lacustre du Bouveret. © Sabine Papilloud


André Imhof aurait-il finalement un petit secret pour expliquer la prodigalité de ce jardin? «Notre maison s’appelle la Roselière car ce terrain était autrefois une plaine de roseaux. Le sol a entièrement été drainé, il est argileux et riche en alluvions.» 

«L’eau affleurant à 50 cm en dessous de la surface contribue à la bonne santé des arbres et à cette extraordinaire verdure.»

A lire aussi:  Cet article peut être lu gratuitement dans notre magazine. «Terroirs».

 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

En continuSport Express Valais – Tennis: Raphaël Bender bientôt au comité central de Swiss TennisSport Express Valais – Tennis: Raphaël Bender bientôt au comité central de Swiss Tennis

AnimauxSnuppy, le premier chien cloné, a fait des émules! Par Gaëlle MandonSnuppy, le premier chien cloné, a fait des émules! Par Gaëlle Mandon

Drame de la montagneUn alpiniste fait une chute de 1000 mètres au CervinUn alpiniste fait une chute de 1000 mètres au Cervin

SociétéRabais famille à Aletsch: famille arc-en-ciel mais famille quand mêmeRabais famille à Aletsch: famille arc-en-ciel mais famille quand même

Carnet noirBéatrice Jordan, l’âme de «SOS Enfants de chez nous», est décédée: «Elle avait un dévouement et une écoute formidables.»Béatrice Jordan, l’âme de «SOS Enfants de chez nous», est décédée: «Elle avait un dévouement et une écoute formidables.»

Top