Le chien de Pavlov, la chronique de Pascal Couchepin

chargement
 28.05.2018, 20:00
Pascal Couchepin, ancien conseiller fédéral.
chronique

En 1904, le savant russe Pavlov fit une expérience qui donna naissance au concept de «réflexe conditionné». Avant de nourrir un chien, on agitait une clochette. Très rapidement, l’animal associa le son de la clochette à celui de la nourriture. En entendant le bruit familier il se mettait à saliver avant même de voir la nourriture. Pavlov essaya ensuite d’agiter la cloche sans livrer la pitance du chien. Le chien saliva en vain. La notion de «réflexe conditionné» était née.

En lisant les arguments principaux des partisans de la loi sur les jeux d’argent, on est tenté, en souriant, de penser au chien de Pavlov et au réflexe conditionné. En effet beaucoup d’annonces font appel à l’idée que si l’on n’approuve pas la nouvelle loi, on sera privé du plaisir de bénéficier des subsides des sociétés de loterie. En démocratie directe la prise en compte de l’intérêt personnel est un élément légitime de décision. Mais l’honneur du citoyen est d’être capable de dépasser cette considération, légitime mais égoïste, pour tenir compte de principes et de l’intérêt à plus long terme de la société. C’est l’objet du débat politique. Il n’a dans la campagne en faveur de la loi peu ou pas de place.

Les loteries justifient la protection qu’elles demandent en invoquant le caractère particulier du marché des jeux de hasard. Cet argument est appelé à la rescousse par tous ceux qui réclament la protection étatique. Dans ce cas, il n’est pas justifié. Les loteries évoquent aussi leur rôle dans la protection des joueurs contre le risque d’addiction. Mais en même temps, elles prétendent que, sans cette loi, elles vont perdre un marché juteux qui serait exploité par des compagnies dont le siège est à l’étranger.

Les arguments de la lutte contre l’addiction et celui de l’accroissement du chiffre d’affaires sont contradictoires. Reste l’argument des ressources supplémentaires qui permettraient de distribuer encore plus d’argent en Suisse si le pari en ligne à l’étranger étaient interdits. Outre que les spécialistes de l’informatique affirment que cette interdiction est inefficace, il revient à dire que tout ce qui rapporte de l’argent est légitime.

Je suis frappé de voir que des défenseurs de la famille ou des partis qui ne manquent aucune occasion de dénoncer des risques de conflits d’intérêts ne s’arrêtent pas un instant sur cet aspect éthique. Les jeux de hasard du temps des lotos associatifs avaient un côté sympathique et convivial. Devenus une affaire de grande envergure, ils questionnent davantage. Leur donner un privilège légal ne se justifie pas.

Si la loi est repoussée, il faudra reprendre le projet en mettant l’accent sur la prévention et en ne violant pas des principes politiques qui sont à la base de notre succès collectif suisse dont le refus du protectionnisme, inefficace de surcroît.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

InsoliteHaut-Valais: ivre sur les voies, il bloque un convoi et monte en 2e classeHaut-Valais: ivre sur les voies, il bloque un convoi et monte en 2e classe

PolitiqueGrand Conseil: deux UDC visent la présidenceGrand Conseil: deux UDC visent la présidence

AgricultureLutte contre le gel: bientôt des abricotiers sous serre en Valais?Lutte contre le gel: bientôt des abricotiers sous serre en Valais?

DépistageCancer du côlon: testez-vous vous-même, à la maisonCancer du côlon: testez-vous vous-même, à la maison

Chronique santéEn quoi consistent les soins palliatifs?En quoi consistent les soins palliatifs?

Top