26.04.2017, 14:02

LcAT: "Même Evolène a tout à gagner d'un oui"

chargement
Yannick BUTTET, Marcel MAURER, Diego CLAUSEN, Marie-France ECOEUR et Vincent RIESEN ont présenté mercredi leurs arguments en faveur du oui à la loi cantonale sur l'aménagement du territoire (LcAT).

Votation cantonale du 21 mai Des milliers de m2 de zone à bâtir vont être dézonés en Valais.

Des milliers de m2 de zone à bâtir vont être dézonés en Valais. Malgré tout, un comité cantonal milite en faveur du oui à la loi cantonale sur l'aménagement du territoire (LcAT), qui sera soumise au peuple valaisan le 21 mai prochain.

"Il faut être clair. Nous ne sommes pas en train de dire que la LAT n’était pas si mal que ça. Non, c’est une loi fédérale qui n’est pas bonne pour le Valais, mais le combat a été perdu. Nous avons même pris une gifle. Maintenant, le Valais n’a pas le choix que de mettre en application une loi acceptée par tous les autres cantons", rappelle le conseiller national Yannick Buttet. D'où son oui à la loi cantonale.

Comment convaincre un Evolénard qui va voir ses parcelles situées en zone à construire se retrouver en zone agricole de dire oui à la LcAT? "Que ce soit oui ou non, ces parcelles seront dézonées. En cas de non, c'est perdu. En cas de oui, il sera possible de mettre une partie des zones excédentaires, celles qui seront utiles dans 15-30 ans, dans un périmètre d’urbanisation. Pour l’ensemble du canton, on gagne ainisi 1200 hectares", argumente la députée PLRMarie-Claude Ecoeur, qui a présidé la commission qui a mis au point la LcAT.

Les opposants à la LcAT disent qu’en cas de non, cela fera pression sur la Confédération pour rediscuter de la LAT. Un argument que balaie Yannick Buttet. "Si le Valais dit non, il n’y a pas un mandat d’aller renégocier à Berne! Il n’y a pas 0,1%, mais 0,0% de chance de faire bouger Berne dans le sens voulu par le Valais! Aujourd’hui, la tendance n’est pas de revenir en arrière. Au contraire, à Berne on parle déjà de la LAT 2. En commission, sur les questions d’aménagement du territoire, je me retrouve souvent seul contre tous, tous partis confondus. En cas de non, le Valais ne pourra que refaire une loi cantonale d’application qui ne pourra pas être meilleure que celle qui est présentée le 21 mai."

A ceux qui déclarent qu'en disant oui à la LcAT, le Valais baisse sa culotte devant la Berne fédérale, Yannick Buttet rétorque avec un langage assez cru: «On ne baisse pas les culottes! On est déjà à poil! C’est le moment de se rhabiller.»

 

Plus de détail sur les arguments en faveur du oui à la LcAT dans nos éditions du jeudi 27 avril.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Trois conseillers d’Etat pour  trois raisons de dire oui à la LcATTrois conseillers d’Etat pour  trois raisons de dire oui à la LcAT

politiqueVotation du 21 mai sur la LcAT: l'UDC et Aquanostra dénoncent la brochure du Conseil d'Etat valaisanVotation du 21 mai sur la LcAT: l'UDC et Aquanostra dénoncent la brochure du Conseil d'Etat valaisan

VotationValais: la votation sur la révision de la loi d'application de la LcAT aura lieu le 21 maiValais: la votation sur la révision de la loi d'application de la LcAT aura lieu le 21 mai


Top