12.06.2017, 00:01

La renaissance d’Alusuisse honorée

Abonnés
chargement
1/4  

 12.06.2017, 00:01 La renaissance d’Alusuisse honorée

Par julien robyr

Patrimoine suisse a planté son Clou rouge dans le jardin de la Maison de l’entrepreneuriat à Chippis. Visite guidée de l’ancien Foyer d’Alusuisse qui a basculé dans la modernité grâce aux 9 millions investis.

Tel un souvenir extrait du passé, une vieille fontaine de pierre trône, stoïquement, au centre du patio rénové de l’ancien foyer d’Alusuisse. Les dalles, creusées par la marche des décennies, se souviennent encore des pas de l’époque. Après dix ans d’abandon, la vieille bâtisse a troqué ses habits d’époque contre les apparats de la modernité: restaurant, salle d’exposition, conférences,...

Tel un souvenir extrait du passé, une vieille fontaine de pierre trône, stoïquement, au centre du patio rénové de l’ancien foyer d’Alusuisse. Les dalles, creusées par la marche des décennies, se souviennent encore des pas de l’époque. Après dix ans d’abandon, la vieille bâtisse a troqué ses habits d’époque contre les apparats de la modernité: restaurant, salle d’exposition, conférences, bureaux pour jeunes entreprises et espace de coworking. Même une partie innovation et créativité y a trouvé sa place.

Patrimoine suisse l’a remarqué et y a aussitôt planté son clou, hommage à «une rénovation qui valorise l’identité industrielle du patrimoine valaisan», explique Magali Reichenbach de la section Valais romand de Patrimoine suisse.

Un engagement social et culturel

La distinction Roter Nagel - Clou rouge, qui a été créée il y a douze ans par le forum d’architecture Obersee à Rapperswil, met en lumière une rénovation réussie d’un objet du patrimoine construit. Les critères sont évidemment esthétiques et fonctionnels, mais pas seulement.

«Que le Technopôle rachète le foyer et le rénove, qu’il prenne le risque de redonner une seconde jeunesse à ce bâtiment au niveau social et culturel a été un critère important», affirme Magali Reichenbach.

Construit en 1919 alors que la première usine valaisanne d’Alusuisse n’avait que treize ans, le Foyer a été dessiné par des architectes zurichois. Fonctionnel durant plusieurs décennies, il a été progressivement délaissé, puis totalement abandonné au début des années 2000. Juste en face, le Technopôle. «Nous le voyions tous les jours, en ruine, devant nos fenêtres», raconte Marc-André Berclaz, fondateur du Technopôle et directeur opérationnel de l’Antenne EPFL Valais, «nous l’avons donc racheté avec l’idée d’y développer un concept économique qui fonctionne». Deux ans et neuf millions de francs plus tard, Le Foyer - Maison de l’entrepreneuriat était né. «On y a mis toute notre âme et beaucoup de moyens pour aller jusqu’au bout de la qualité. Ça aurait été trop cher pour une collectivité publique», précise-t-il encore «et difficilement justifiable».

Le souci du détail

La seconde vie de cette bâtisse historique a été placée sous le signe de l’optimisation. Energétique tout d’abord, grâce à une isolation dernier cri. «Avant, la maison nécessitait 55000 litres de mazout par année. Grâce à une pompe à chaleur et à des systèmes d’isolation extrêmement moderne, nous avons diminué d’un facteur 10 notre consommation énergétique», continue Marc-André Berclaz.

Optimisation économique ensuite. En plus d’un restaurant, la Maison de l’entrepreneuriat – dont le nom fut choisi à dessein – propose de petits bureaux pour jeunes entreprises et héberge les locaux de l’Institut entrepreneuriat & management de l’HES-SO Valais et de Business Experience, un concept de mise en situation pour jeunes entrepreneurs encore aux études. Un espace en coworking de six places a été créé dans les combles, sous les poutres fraisées d’une charpente tortueuse. Au sous-sol, l’ancien jeu de quille jouxte un espace laissé à la créativité et à l’innovation. Tous les murs peuvent y être annotés, gribouillés, effacés.

Et optimisation esthétique enfin. «La fontaine de la cour intérieure est d’époque. Quant au dallage, il a été entièrement refait, mais à l’identique», commente Sandrine Salamin de l’accueil du Technopôle. Afin de préserver la mémoire et l’histoire du foyer, certaines pièces n’ont reçu qu’un simple dépoussiérage, à l’instar de la salle du conseil d’administration. «D’ailleurs pourquoi la modifier? Elle est magnifique.»


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top