12.07.2018, 17:01

La ligne THT n'en finit pas de ne pas finir depuis 1986

chargement
Le Tribunal fédéral s'est penché à deux reprises sur la ligne valaisanne.

 12.07.2018, 17:01 La ligne THT n'en finit pas de ne pas finir depuis 1986

Repères Imaginée en 1986 déjà, la ligne THT qui doit traverser le Valais a surtout défrayé la chronique judiciaire avant d'alerter le monde politique et les collectivités publiques.

1986: EOS (ex Alpiq) dit son intention de réaliser une autoroute de l’électricité reliant Romanel à Chippis en trois tronçons (Romanel-Saint-      Triphon/Saint-Triphon-Chamoson et Chamoson-Chippis). Les 2es tronçons sont terminés en 1998.

1997: Chamoson-Chippis est mis à l’enquête publique. L’Office fédéral fait opposition. Trop d’impact sur le paysage.

2010: Alpiq revient avec le même tracé mais propose de démonter la ligne préexistante 220 kV. L’OFEN approuve.

2010: la commune de Salins, la bourgeoisie de Sion, l’ermitage de Longeborgne et des privés attaquent la décision de l’OFEN auprès du Tribunal administratif fédéral (TAF).

2012: le TAF donne partiellement raison aux opposants. La ligne aérienne peut être retenue, mais il s’agira de changer le câblage afin de limiter les nuisances.

2012: les opposants font appel devant le Tribunal fédéral.

2013: le Tribunal fédéral donne son ok au début des travaux arguant qu’il y a urgence et nécessité de construire cette ligne aérienne. C’est cette année-là aussi que Swissgrid devient le responsable du réseau à la place des producteurs d’électricité.

2016: les opposants font une nouvelle fois recours.

2017: le TF dit oui à la ligne et la décision est exécutoire.

2018: les opposants demandent une révision du jugement arguant que des études prouvant que 34 pylônes sur 52 sont en zone dangereuse n’étaient pas connues par le TF.

A lire aussi : THT for ever ou l'histoire d'une ligne qu'on a longtemps laissé se faire avant de s'y opposer


Top