08.03.2018, 17:06

La HES-SO s'investit dans une application pour les seniors

chargement
L’application destiné aux aînés comportera des exercices physiques qui sont étudiés depuis 2016 pour un projet suisse, notamment par la physiothérapeute valaisanne Anne-Gabrielle Mittaz (à gauche).

INVENTION 2,5 millions seront investis dans ce projet international mené entre des partenaires suisses, canadiens et belges. Le but est de proposer des exercices physiques et cognitifs aux aînés avec un coach virtuel.

D’ici 2040, les personnes de plus de 80 ans vont doubler, selon l’OFS. Par ailleurs, 30% d’entre elles seront atteintes de démence. Forte de ces constats, la HES-SO Valais ainsi que des partenaires suisses dont le CHUV, du Canada et de Belgique vont développer une application – appelée «StayFitLonger» – permettant aux aînés d’effectuer des exercices physiques et cognitifs avec le soutien d’un coach virtuel.

But: que les seniors restent en forme le plus longtemps possible et gardent une certaine autonomie. «Avec, au final, une amélioration de leur qualité de vie», précise Antoine Widmer, professeur à la HES-SO et coordinateur.

2,5 millions investis

Le projet, d’un coût de 2,5 millions dont un million financé par la Suisse, comprend trente mois de recherche. «La première phase sera destinée à la conception; en deuxième étape, des tests concrets seront accomplis par 128 seniors des trois pays partenaires», ajoute Antoine Widmer. A l’issue des deux phases, une évaluation sera effectuée, puis l’application devrait voir le jour.

Des exercices physiques et cognitifs élaborés

La Suisse a déjà bien avancé au niveau de la création d’exercices physiques adaptés aux personnes âgées. «Nous travaillons depuis 2016 sur ces mouvements dans le cadre du projet «Swiss Chef Trial». 150 seniors y participent», explique la physiothérapeute valaisanne Anne-Gabrielle Mittaz Hager qui participe activement au projet de la HES-SO.

Plusieurs de ces mouvements seront repris dans l’application, mais ils seront mêlés à des exercices cognitifs. «L’idée est d’accompagner les seniors dans leur quotidien. Par exemple, on peut demander à la personne, au début de l’exercice, de faire une pause au milieu pour boire un verre d’eau. Cela lui permettra d’exercer sa mémoire en même temps. Le coach virtuel pourrait alors intervenir si la personne l’oublie», souligne Mélanie Bieler Aeschlimann, neuropsychologue au CHUV, responsable des exercices cognitifs.

La doctoresse ambitionne également de parvenir à une certaine interaction entre les aînés. «Par exemple, ils pourraient se faire des quiz pour trouver eux-mêmes des sujets qui les intéressent.» Elle espère aussi insérer une touche d’humour dans l’application. «Si on le réussit, on arrivera vraiment à atteindre notre cible», conclut Mélanie Bieler Aeschlimann.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top