18.06.2019, 14:21

La fraude électorale commise dans le Haut-Valais ne sera pas réparée

chargement
Le fraudeur, alors membre de l'UDC du Haut-Valais, a écopé d'un an de prison avec sursis. (Illustration)

Politique Suivant les conclusions de deux docteurs en droit, le bureau du Grand Conseil renonce à corriger les effets de la fraude électorale perpétrée en 2017 dans le Haut-Valais. Une décision qui met un terme à un feuilleton de plus de deux ans.

Le bureau du Grand Conseil abdique. A 9 contre 1 et 3 abstentions, émanant des deux régions du canton, il renonce à corriger les effets de la fraude électorale perpétrée lors des élections cantonales de mars 2017. Si l’on se fie aux calculs admis par une majorité des partis, un UDC du Haut continuera donc à siéger au Parlement valaisan à la place d’un jaune, jusqu’à la fin de la législature en cours. Chef du groupe des jaunes, Diego Clausen ne décolère pas: «C’est une question de confiance envers le peuple. Nous maintiendrons notre soutien à une reconsidération.»

A lire aussi: Valais: l’embarras de l’Etat face à la fraude électorale

L’annonce de ce mardi apparaît malgré tout comme l’épilogue d’un feuilleton de plus de deux ans. Tout indique en effet que les députés, qui auront le dernier mot en septembre, suivront la position défendue par la majorité des chefs de groupe au sein du bureau.

Décision inéluctable

Heurtant le sentiment démocratique, cette récente décision n’est pas une surprise, et apparaît comme inéluctable d’un point de vue juridique. Elle se fonde sur les conclusions de deux docteurs en droit. Refusant d’admettre la démonstration identique de la Commission de justice (COJU), le bureau les avait mandatés en février dernier, en prévoyant une enveloppe maximale de 50 000 francs.

A lire aussi: La fraude électorale déchire les instances du Grand Conseil valaisan

En résumé: les délais sont faits pour être respectés. Comme tout citoyen, les jaunes avaient trois jours pour recourir à l’homologation par le Grand Conseil de l’élection litigieuse. Ils ne l’ont pas fait, alors qu’ils doutaient déjà de la validité du scrutin. Ils doivent l’assumer. Et se consoler en constatant que l’auteur de la fraude a été condamné, à un an de prison avec sursis, et qu’il n’a pas fait recours.

A lire aussi: Votation cantonale du 19 mai: modifier la Constitution valaisanne pour tenir compte de la fraude électorale


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

JusticePrison avec sursis pour l'auteur de la fraude électorale du Haut-ValaisPrison avec sursis pour l'auteur de la fraude électorale du Haut-Valais

Top